Poursuivre l’effort pour retrouver une industrie compétitive

Un des acquis du quinquennat qui s’achève, c’est la prise de conscience que la France a besoin d‘une industrie compétitive. C’est elle qui assure l’équilibre de nos échanges extérieurs, qui irrigue nos territoires, renforce la capacité de résistance de notre économie et, à la fin, génère de la croissance et de l’emploi.

Par Louis Gallois
Le 18/05/2017

Un des acquis du quinquennat qui s’achève, c’est la prise de conscience que la France a besoin d‘une industrie compétitive. C’est elle qui assure l’équilibre de nos échanges extérieurs, qui irrigue nos territoires, renforce la capacité de résistance de notre économie et, à la fin, génère de la croissance et de l’emploi. La politique de l‘offre mise en œuvre à travers le CICE et le Pacte de responsabilité, associée à une conjoncture plus porteuse, produit ses premiers effets : les marges des entreprises se sont reconstituées et les perspectives d’investissement industriel sont nettement positives.

Bien sûr, nous ne sommes pas du tout au bout de l’effort ; nos parts de marché continuent – quoique plus lentement – à s’éroder et la balance commerciale des produits manufacturés reste négative – avec un nouveau creux en 2016.

Le retour à la compétitivité face à des concurrents très mobiles n’est donc pas acquis ; c’est une œuvre de longue haleine qui suppose beaucoup de persévérance et de continuité dans l’action. Il y faudra au moins encore un quinquennat ! Trois leviers devront être mobilisés en même temps : l’investissement, l’innovation, la formation.

L’appareil industriel français est vieillissant, en retard en matière d’automatisation et de robotisation. Il doit également s’engager dans la révolution numérique au sein de l’entreprise et dans les relations avec les clients et les fournisseurs. Pour investir les entreprises ont besoin de moyens : la reconstitution des marges était indispensable ; il faut la poursuivre ; tout doit être également fait pour orienter l’épargne vers l’appareil productif ; de ce point de vue la réforme de l’ISF (concentré sur le patrimoine immobilier) proposée par Emmanuel Macron donne le signal que la prise de risque doit être mieux traitée fiscalement que la gestion de la rente.

L’innovation, associée à la qualité et au design permet de différencier l’offre des produits, de monter en gamme. La France dispose d’outils puissants de soutien : crédit d’impôt recherche qu’il faut sanctuariser, programme des investissements d’avenir, BpiFrance… Une meilleure articulation dans la mise en œuvre de ces instruments multiplierait leur puissance. L’irruption du numérique apporte une nouvelle dimension à l’innovation et à la montée en gamme : celle de l’association des produits et des services pour offrir des solutions aux clients. L’épanouissement des start-up, leur capacité à garantir et à bousculer positivement le tissu industriel « classique » peuvent accélérer la mutation de toutes nos entreprises. C’est dire la nécessité de leur assurer un écosystème réglementaire et fiscal favorable.

La formation est le troisième levier. La transformation numérique va profondément modifier la structure et la nature de l’emploi et des compétences : pour ces deux raisons au moins, nous devons « changer de braquet ». Formation professionnelle initiale – il va bien falloir trancher sur l’apprentissage pour que cette formation prenne enfin son essor – et formation continue. Les défauts de cette dernière sont bien connus : stages trop courts, formation trop orientée vers le poste de travail et pas assez vers l’employabilité et la qualification, multiplication des organismes de formation (plus de 10 000 !) sans garantie de qualité, faiblesse des formations au numérique, accès très limité des salariés des PME et des chômeurs (moins de 20%). Bref, il va falloir faire du neuf ! Les 15 milliards d’euros consacrés aux compétences, prévus par le nouveau président sont, à cet égard un bel « investissement d’avenir ». Le compte personnel de formation intégré désormais au compte personnel d’activité créé par la loi El Khomri indique dans quelle direction aller : celle de la formation tout au long de la vie, résolument orientée vers la prise en charge des bouleversements que vont connaître l’industrie et, à travers elle, l’emploi et les métiers.

Il y’a, sur ces trois sujets, matière à un « compromis historique » entre les acteurs de l’industrie française : les entreprises, les syndicats et l’État ? Les Français le souhaitent. La politique industrielle est une de celles qui peuvent créer dans notre pays du consensus. J’ose à peine le dire, tant c’est un lieu commun, c’est ce consensus qui, à la fin des fins, donne à l’industrie allemande toute sa force. Je crois profondément que c’est à notre portée si nous savons profiter de la dynamique de ce début de quinquennat.

La version originale de cet article a été publiée dans Les Echos.fr

Pour en savoir plus

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Poursuivre l’effort pour retrouver une industrie compétitive

  1. Cher M Galois,
    Ayant une grande estime pour votre parcours je m’étonne que cet article n’aille pas plus loin dans l’analyse.
    La pauvreté culturelle de nos élites en matière d’industrie est un classique depuis les années 70.
    Ce qui me choque au plus haut point est que l’espèce « capitaine d’industrie » est en voie d’extinction avancée en France.
    Les gestionnaires et autres marchands dont l’ambition ne dépasse pas celle de leur comptes en banque on depuis longtemps pris place dans le temple.

    La formation, l’innovation et l’investissement sont les éléments clés certes. Mais contrairement à ce que pensent les décideurs, nous n’en manquons absolument pas!
    Mon métier est de chasser l’innovation. 90% est hors radar. Sur les 10% qui franchissent les barrières successives, 1% seulement aura son dossier de financement suffisamment étayé pour
    être examiné. L’écrémage finale sera effectué par un panel d’expert dont le niveau de compétence n’est généralement pas à la hauteur de l’enjeu.

    La vérité Monsieur Galois est que vous êtes aveugle et que personne de vous le dit.

    Eric Bélistan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Leviers de la compétitivité
Quelle politique industrielle européenne ?
Quelle politique industrielle européenne ?

Les politiques industrielles des pays européens sont très diverses et une convergence sur certains sujets serait très souhaitable.

Voir ce poste
Innovation
Vers un management plus responsable de l’innovation
Vers un management plus responsable de l’innovation

Depuis le début des années 2010, les entreprises sont fortement incitées par les pouvoirs publics à prendre en compte la responsabilité sociale et le développement durable dans leurs projets d’innovation. Mais peut-on pour autant parler de management responsable de l’innovation ?

Voir ce poste
Dialogue social dans l’industrie
Portraits de travailleurs
Portraits de travailleurs

Une précédente note de la Fabrique de l’Industrie, « La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité » mettait l’autonomie au cœur de la qualité de vie au travail et concomitamment au cœur de la performance. Il s’agit cette fois, en exploitant les données de l’enquête DARES « Conditions de travail », de dresser les portraits-types des travailleurs en fonction des « déterminants objectifs et subjectifs de la qualité de vie au travail ». Logiquement la relation hiérarchique, envers de l’autonomie, y joue un rôle essentiel.

Voir ce poste
Jeunes et industrie
La lettre trimestrielle d'été 2017
La lettre trimestrielle d'été 2017

Retrouvez les publications et les actions de La Fabrique de l’industrie réalisées entre avril et juin 2017.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur