Standardiser le contrôle de la qualité au toucher

L’article de Bruno Albert A Smart System for Haptic Quality Control: Introducing an Ontological Representation of Sensory Perception Knowledge a été présenté à la conférence internationale KEOD 2016. Retrouvez ici le résumé de son travail.

Par Albert Bruno
Le 15/06/2017

Ce travail s’inscrit dans la volonté de la société INEVA, centre d’ingénierie et d’essai, d’être précurseur dans le domaine du contrôle de la qualité sensorielle dans l’industrie. Dans cette perspective, l’accent est mis dans un premier temps sur la perception au toucher, aussi appelée perception haptique. Cette notion désigne les aptitudes humaines à percevoir par la peau (perception tactile) ainsi que par les muscles et tendons (perception kinesthésique).

Dans l’industrie, contrôler la perception au toucher d’un produit s’avère très difficile, tant chaque opérateur interprète et décrit ses sensations de manière subjective. De ce fait, la première phase de nos travaux a conduit à l’introduction d’une méthode innovante de formalisation des sensations, sources de notre perception sensorielle. Un nombre réduit de sensations haptiques élémentaires a ainsi été identifié et mis en relation avec le vocabulaire usuellement utilisé. Cette méthode est la base du système proposé pour la définition des spécifications de contrôle. Étant à la fois générique à tout domaine d’application et pouvant être enrichi par l’expérience, ce système aide à la mise en place du contrôle de la qualité sensorielle dans l’industrie.

Concrètement, une étude globale du vocabulaire sensoriel a permis l’élaboration d’une représentation complète des connaissances liées à la perception humaine. Celle-ci s’appuie en particulier sur l’utilisation de méthodes de la science des connaissances, telles que l’analyse sémantique ou encore l’organisation des connaissances sous forme d’ontologie. La modularité et la flexibilité
du système permettent notamment une adaptation précise aux différents contextes d’application (tels que le type de produit, les matériaux impliqués, etc.), ainsi que l’enrichissement continu par l’expérience de la base de connaissances. La seconde phase des travaux concerne l’instrumentation de ce type de contrôle. L’enjeu de ce projet est l’identification et la mise en relation d’instruments adaptés à la mesure des sensations élémentaires, afin de proposer des solutions permettant d’aider efficacement les contrôleurs dans leurs décisions.

Intérêt pour l’industrie 

Lors du choix d’un produit par un consommateur, la première impression est cruciale. Parmi l’ensemble de ses perceptions sensorielles, son sens du toucher joue un rôle primordial qui se concrétise très souvent par la prise en main du produit, comme l’essai d’une montre ou d’un bijou par exemple. Lors de la validation en production de la qualité au toucher des produits, l’interprétation des contrôleurs humains est donc décisive. Néanmoins, dans l’industrie, le contrôle de la qualité liée à ce sens est généralement très peu standardisé, ce qui cause de fortes variabilités et peut entraîner un amoindrissement de la qualité perçue par l’utilisateur final, ou même nuire à l’image de marque.

L’outil proposé, basé sur une représentation générique et formalisée des connaissances de la qualité sensorielle, s’adresse aux industriels souhaitant améliorer la vérification de la qualité au toucher de leurs produits, en simplifiant et en rendant plus objectif ce type de contrôle. L’outil guide les industriels dans la définition des spécifications de contrôle et dans la mise en place de protocoles adaptés aux problématiques rencontrées. Un cas d’application dans le domaine de l’horlogerie de luxe a par exemple permis d’améliorer les performances du contrôle de la qualité au toucher, validant ainsi la pertinence de la méthode proposée. Une description précise et réduite des anomalies tactiles pouvant être perçues sur le produit a ainsi été formulée et un protocole
de contrôle simple mais efficace a permis une réduction importante de la variabilité de contrôle.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Innovation
Un capitalisme d’ingénieurs : sociologie d’une stratégie industrielle dans l’aéronautique
Un capitalisme d’ingénieurs : sociologie d’une stratégie industrielle dans l’aéronautique

La  thèse de sociologie d’Hadrien Coutant Un capitalisme d’ingénieurs. Construire un groupe aéronautique après une fusion soutenue en 2016 à Sciences Po est le fruit d’un travail de six ans de recherche au Centre de Sociologie des Organisations sous la direction de Pierre-Éric Tixier. Retrouvez ici un résumé de son travail.

Voir ce poste
Innovation
Plus de 80% des industriels ont déjà des solutions IoT. La question est, comment sont-elles intégrées ?
Plus de 80% des industriels ont déjà des solutions IoT. La question est, comment sont-elles intégrées ?

Pallier au manque de compétences et booster les services sont les premières priorités des industriels en 2017. Qu’en est-il de l’Internet-of-Things ? Aujourd’hui, 50% des coûts des projets IoT sont liés à l’intégration. En 2017, de nombreux industriels auront déjà acquis leurs solutions IoT – ils ont à présent besoin de mieux les intégrer pour les exploiter pleinement. Amor Bekrar, président d’IFS France, décrit dans trois billets, les trois tendances clés pour les industriels en 2017 et au-delà. Retrouvez dans cet article la première prévision.

Voir ce poste
Formation dans l’industrie
Poursuivre l'effort pour retrouver une industrie compétitive
Poursuivre l'effort pour retrouver une industrie compétitive

Un des acquis du quinquennat qui s’achève, c’est la prise de conscience que la France a besoin d‘une industrie compétitive. C’est elle qui assure l’équilibre de nos échanges extérieurs, qui irrigue nos territoires, renforce la capacité de résistance de notre économie et, à la fin, génère de la croissance et de l’emploi.

Voir ce poste
Industrie du futur
Prix de l'Innovation 4.0
Prix de l'Innovation 4.0

La Fabrique de l’industrie, en partenariat avec avec de nombreux professionnels, s’associe à la FIEEC pour la 1ère édition du Prix de l’innovation 4.0, afin d’encourager les PME – ETI à s’engager dans l’industrie de demain.

 

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur