Mondialisation : distinguer les emplois «exposés » et « abrités »

Un constat s’impose : l’imbrication de l’industrie et des services est devenue si forte qu’elle rend de moins en moins pertinente cette distinction traditionnelle. À l’inverse, les différences semblent toujours plus marquées entre les secteurs exposés à la concurrence internationale et ceux qui en sont abrités.

Par Philippe Frocrain
Le 28/10/2015

Dans la plupart des pays industrialisés, les politiques de compétitivité s’intensifient dans le but d’attirer ou simplement retenir les activités -et ce faisant les emplois- produisant des biens et services échangeables par-delà les frontières. La performance du secteur exposé est parfois même devenue synonyme de performance économique globale.

Bien souvent, l’emploi est au cœur des débats. Mais quels sont, en pratique, les emplois exposés (ou nomades) et abrités (ou sédentaires) ? En quoi se distinguent-ils ? Dans quels secteurs d’activité et quelles zones géographiques les trouve-t-on ?

La Fabrique a lancé une étude exploratoire visant à quantifier et à caractériser de manière précise les emplois exposés et abrités en France et dans d’autres pays industrialisés. Une attention particulière a été portée à l’analyse des différences de qualification, de productivité et de répartition des revenus entre les deux groupes. Outre le fait que cette distinction permettra d’identifier les emplois susceptibles d’être délocalisés ou relocalisés, elle ambitionne de constituer une aide au ciblage des politiques économiques.

En attendant la sortie prochaine de la note sur le sujet, nous vous proposons la synthèse publiée en septembre 2016 «Les emplois exposés et abrités, nouvelle analyse des dynamiques économiques ». Cette dernière explique pourquoi il est préférable de distinguer les emplois exposés à la concurrence internationale de ceux qui en sont abrités, et tire des premiers enseignements de cette observation.

Ajouter un commentaire

Vous aimerez aussi

Compétitivité
"Histoires de croissance" : séminaires dédiés aux dirigeants d'ETI
"Histoires de croissance" : séminaires dédiés aux dirigeants d'ETI

Séminaires réservés aux dirigeants d’ETI, pour étudier les leviers de croissance de ces entreprises. En partenariat avec le METI, Family Business Network France, Bpifrance et le Collège des Bernardins.

Voir ce poste
Industrie du futur
Industrie du futur
Industrie du futur

Depuis le lancement en septembre 2013 du 34ème plan « Usine du futur » par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg – aujourd’hui réorganisé en « Industrie du futur » -, cette notion s’est largement diffusée auprès des acteurs publics et industriels, jusqu’à être perçue aujourd’hui comme une source majeure de gains de compétitivité et d’attractivité pour l’industrie.

Voir ce poste
Formation, emploi, dialogue social
Qualité de vie au travail et compétitivité industrielle
Qualité de vie au travail et compétitivité industrielle

Des diagnostics récents ont été posés sur la compétitivité de l’industrie française avec des préconisations concernant les leviers à activer. Le coût des intrants ou encore l’innovation, la formation professionnelle sont régulièrement évoqués. D’autres le sont beaucoup moins, c’est le cas de la qualité de vie au travail.

L’ARACT Ile-de-France, Terra Nova et La Fabrique de l’industrie s’associent pour étudier le lien entre qualité de vie au travail et performances économiques.

Voir ce poste
Benchmarks
L'industrie américaine : simple rebond ou renaissance ?
L'industrie américaine : simple rebond ou renaissance ?

La Fabrique de l’industrie a mené une étude sur le rebond de l’industrie manufacturière aux Etats-Unis. L’ouvrage a été publié fin mai 2015.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur