Où va l’industrie américaine ?

L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis a surpris la plupart des observateurs. Ce résultat s’explique par une conjonction de facteurs, parmi lesquels on retrouve la question du déclin industriel et ses effets sur l’économie et la société américaines.

Les États-Unis connaissent depuis plusieurs décennies un recul du secteur industriel au sein de leur économie, similaire à celui observé dans de nombreux pays développés. L’industrie manufacturière ne représentait plus que 12,2 % du PIB en 2015 et 8 millions d’emplois industriels ont été détruits depuis la fin des années 1970. La sortie de crise dynamique avait laissé espérer à certains une véritable « renaissance » du manufacturing américain en 2010-2012, mais l’évolution récente vient confirmer notre interprétation d’un rebond essentiellement conjoncturel. Après avoir dépassé son niveau d’avant-crise fin 2014, la production industrielle a en effet montré des signes de faiblesse en 2016 et près de 80 000 emplois manufacturiers ont été détruits en un an.

Les effets économiques et sociaux de la désindustrialisation sont, depuis plusieurs années, au cœur des débats outre-Atlantique. Le candidat républicain Donald Trump a su conquérir les États anciennement industrialisés de la région des Grands Lacs lors de la campagne présidentielle de 2016. Fortement dépendants de l’industrie lourde et de l’industrie automobile, ces derniers subissent depuis trois décennies les effets d’une compétition internationale féroce exercée par les pays à bas coûts. L’entrée en vigueur en 1994 de l’accord de libre-échange nord-américain (Alena) a conduit à un déplacement d’une partie de l’industrie américaine au Mexique. Ensuite, la montée en puissance de la Chine à partir des années 1990 s’est traduite par un creusement du déficit commercial américain.

Les difficultés économiques de ces régions sont aussi le résultat d’une modification de la géographie industrielle américaine, au profit des États du Sud du pays affichant une législation du travail plus souple ainsi que des niveaux de rémunération plus faibles. Ces derniers sont aussi les destinations privilégiées des relocalisations.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Benchmarks
L'investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ?
L'investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ?

À l’heure où la France s’interroge sur les rachats étrangers d’entreprises, cette note analyse la politique de promotion d’investissements directs étrangers (IDE) du Royaume-Uni mise en place afin d’enrayer sa désindustrialisation. Quels sont les effets sur son économie ? Quels enseignements pouvons-nous en tirer ?

Voir ce poste
Benchmarks
Industrie du futur : regards franco-allemands
Industrie du futur : regards franco-allemands

En 2016-2017, la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Friedrich-Ebert et La Fabrique ont organisé une mise en commun de la réflexion entre Français et Allemands sur l’industrie du futur. Trois séminaires ont réuni représentants des pouvoirs publics, industriels, syndicalistes et experts. Cette synthèse s’inspire en partie de ces séminaires et s’enrichit de nos travaux antérieurs.

Voir ce poste
Mondialisation
Dynamique des emplois exposés et abrités en France
Dynamique des emplois exposés et abrités en France

L’imbrication de l’industrie et des services est aujourd’hui si forte qu’elle rend inopérante la distinction traditionnelle entre emplois industriels et tertiaires. Avec la mondialisation, il faut plutôt distinguer les emplois exposés à la concurrence internationale.

Voir ce poste
Benchmarks
L'industrie du futur : une compétition mondiale
L'industrie du futur : une compétition mondiale

Le gouvernement français a lancé un vaste programme en 2013 pour tirer parti de la quatrième révolution industrielle, comme la plupart des pays développés. Dans cette note, La Fabrique de l’industrie compare les politiques en faveur de « l’industrie du futur » mises en place à travers le monde. Ce benchmark est l’occasion de faire un état des lieux du programme français et d’insister sur les atouts de nos entreprises pour réussir cette transformation.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur