Le salariat, un modèle dépassé ?

« Le CDI c’est dépassé. »
« Livreur à vélo, c’est de l’esclavage moderne. »
« Demain tous indépendants. »

Par Elisa Ohnheiser
Le 26/10/2017

Si, au XXe siècle, nos sociétés avaient réussi à constituer des équilibres autour d’une bipolarité entre salariés et travailleurs indépendants, les changements culturels et économiques actuels les ont rendus caducs. Cette étude propose une méthodologie pour explorer la recomposition de ces équilibres, et débouche sur des pistes concrètes, préfigurées par diverses expériences, en France ou à l’étranger.

Le point de départ de cette étude est la montée des nouvelles formes de travail indépendant sous l’effet du développement de l’économie numérique et des plateformes de rencontre entre offreurs et demandeurs de biens et services, qui fait craindre à certains la fin du travail salarié.

Elle examine dans un premier temps la dynamique de l’emploi en France. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le travail salarié représente encore plus de 85 % de l’emploi total en 2015. Cela étant, il est vrai que les formes de contrats atypiques et la pluriactivité se développent, et que le travail indépendant masque des réalités hétérogènes. D’un côté, on trouve des travailleurs aux profils qualifiés, aux compétences prisées, qui vivent décemment de leur activité, et de l’autre, des indépendants qui travaillent pour un ou quelques donneurs d’ordre dont ils sont économiquement dépendants. Un point commun les lie néanmoins : la quasi-inexistence de droits aux protections sociales et individuelles, la majorité d’entre elles étant assises sur le salariat ou bien accessibles par le biais d’assurances privées.

Pour faire face à ces nouvelles réalités, les auteurs nous invitent à réinterroger les attentes et besoins des travailleurs et des employeurs autour du triptyque : liberté, sécurité, dignité. Ils prennent l’exemple de politiques mises en œuvre dans cinq pays européens, et proposent des pistes de réformes ainsi que des dispositifs qui pourraient être adaptés aux besoins et attentes des travailleurs. C’est ainsi que l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne ont par exemple créé un statut intermédiaire entre le salariat et le travail indépendant, venant renforcer le niveau de protections sociales et individuelles.

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Formation, emploi, dialogue social
L’industrie française : un jardin encore cultivable ?
L’industrie française : un jardin encore cultivable ?
La Fabrique de l’industrie publie aujourd’hui, en partenariat avec la Fondation nationale entreprise et performance (FNEP), un ouvrage intitulé Cultivons notre industrie, un défi culturel, humain et territorial. Ses auteurs...
Voir ce poste
icon Leviers de la compétitivité
Économie circulaire : remettre le designer industriel au cœur de la conception
Économie circulaire : remettre le designer industriel au cœur de la conception
À l’heure de la présentation de la feuille de route sur l’économie circulaire par le ministère de la Transition écologique et solidaire, cette étude montre combien les impacts environnementaux d’un...
Voir ce poste
icon Politiques publiques
Allégements des charges sociales : comprendre le débat en cours
Allégements des charges sociales : comprendre le débat en cours
Le débat sur les allégements de charges oppose pour une large part ceux qui privilégient l’emploi immédiat des personnes les plus exposées au chômage et ceux qui veulent restaurer la...
Voir ce poste
icon Benchmarks
Entre « laisser-faire » et patriotisme économique, quelle nouvelle politique industrielle pour le Royaume-Uni ?
Entre « laisser-faire » et patriotisme économique, quelle nouvelle politique industrielle pour le Royaume-Uni ?
Le Royaume-Uni a historiquement mené une politique économique de « laisser-faire » et d’ouverture aux investissements étrangers (IDE). Comme le montre cette synthèse, l’ouverture aux échanges a compensé et non renforcé...
Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur