Comprendre les effets de la tarification du carbone sur les entreprises

Le prix du carbone est amené à augmenter dans les prochaines années pour atteindre l’objectif de « zéro émission nette » en 2050. La Fabrique de l’industrie conduit un projet de recherche ambitieux pour comprendre les mécanismes de cette évolution et ses conséquences pour les entreprises

Par La Fabrique
Le 22/04/2021

Pour que la France et l’Union européenne respectent leurs engagements climatiques, elles doivent accélérer leur rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le prix du carbone est donc amené à augmenter. Il est essentiel d’anticiper ce scénario, en particulier pour les secteurs industriels fortement émetteurs. Dans sa Note n°33, intitulée “Quand le carbone coûtera cher. L’effet sur la compétitivité industrielle de la tarification carbone” (parue en juin 2020), La Fabrique de l’industrie examine les conséquences des mécanismes actuels de régulation du carbone sur les entreprises.

Le marché européen du carbone est en place depuis 2005 et couvre environ 45 % des émissions européennes de gaz à effet de serre. Comment fonctionne-t-il et quels sont les résultats de cette mesure ? Réponse en images ci-dessous.

Le marché européen du carbone, c’est quoi ?

Le marché européen du carbone est un système d’échange de quotas d’émission de CO2 (en tonnes). En d’autres termes, il régule les émissions d’une grande partie des entreprises industrielles depuis 2005 pour lutter contre le changement climatique. C’est naturellement un outil privilégié pour converger vers la neutralité carbone en 2050.

En effet, c’est la Commission européenne qui définit la quantité totale de tonnes de CO2 pouvant être émises, limitant ainsi les émissions totales. Les entreprises achètent et vendent leurs quotas selon les lois du marché, en fonction de leurs émissions réelles.

 

Réguler les émissions de carbone, ça fonctionne !

Contrairement à ce que beaucoup redoutaient, le marché européen du carbone n’a pas eu d’effet négatif sur la compétitivité des entreprises dans ses premières phases de fonctionnement. En revanche, il a permis de réduire effectivement les émissions de gaz à effet serre. En outre, on observe également depuis sa mise en place une augmentation de l’innovation à travers le nombre de dépôts de brevets portant sur des technologies bas carbones.

 

Quand le carbone coûtera cher

Ces quotas d’émissions s’appliquent aujourd’hui aux entreprises européennes et ne concernent donc pas les biens manufacturés hors d’Europe. Ainsi, quand le carbone coûtera plus cher, les prix des produits européens augmenteront aussi mais pas ceux du reste du monde. Cela provoquera un déséquilibre de compétitivité entre les entreprises européennes et extra-européennes.

Jusqu’à 100 euros la tonne, on s’aperçoit que les impacts sur la compétitivité sont limités. Cependant, la commission Quinet a établi que le prix de la tonne de carbone devrait augmenter davantage pour atteindre le « zéro émission nette ». Alors, au-delà de 100 euros la tonne, quel sera l’impact sur les entreprises ?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon La désindustrialisation en France et en Europe
Localiser l’industrie plutôt que la relocaliser ?
Localiser l’industrie plutôt que la relocaliser ?
1 milliard d’euros sont destinés à subventionner les projets de relocalisation, selon le plan de relance annoncé le 3 septembre. N’allons pas croire qu’ils suffiront à rétablir notre « souveraineté...
Voir ce poste
icon Compétitivité
L’investissement privé : un levier capital face à la crise
L’investissement privé : un levier capital face à la crise
Les chefs d’entreprise sont en train de revoir à la baisse leurs projets d’investissement, pourtant indispensables à la transition numérique et énergétique et à la reprise. Ces reports risquent de...
Voir ce poste
icon La désindustrialisation en France et en Europe
Vers la renaissance industrielle française ?
Vers la renaissance industrielle française ?
“Vers la renaissance industrielle” est le titre de l’ouvrage écrit par Anaïs Voy-Gillis et Olivier Lluansi. Hier considérée comme dépassée, l’industrie fait son retour : donner à nouveau la priorité...
Voir ce poste
icon Les politiques industrielles en France et en Europe
Le Bio, une opportunité déjà manquée pour l'industrie agroalimentaire française ?
Le Bio, une opportunité déjà manquée pour l'industrie agroalimentaire française ?
À l’occasion des états généraux de l’alimentation, le gouvernement a choisi de miser sur l’agriculture biologique pour donner un second souffle à la filière alimentaire française. Cependant, en appliquant les mêmes recettes...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter