Industrie 4.0 : quelle place pour l’économie circulaire ?

Digitalisée, automatisée, optimisée, l’industrie 4.0 représente un modèle d’industrie censé tenir compte de l’ensemble des nouveaux enjeux qui définiront l’économie des prochaines décennies, dont celui de la transition écologique via le développement d’un modèle économique circulaire. Mais concrètement, à quoi ressemblerait une usine 4.0 qui s’appuierait sur un modèle économique de ce type ?

Par Antoine Labuche
Le 02/07/2021

Au sens large, l’économie circulaire consiste ainsi à réduire le gaspillage et à optimiser l’usage des ressources. Voici une définition qui ne peut qu’enthousiasmer les responsables financiers des grandes entreprises industrielles. Ici, la logique économique et les préoccupations écologiques convergent entièrement : consommer moins c’est bon pour la planète comme pour le ROI de l’entreprise. C’est pourquoi l’industrie 4.0 peut être considérée comme intrinsèquement écologique et d’ores et déjà insérée dans une dynamique proche de l’économie circulaire. Le déploiement de réseaux de capteurs et les flux de données qu’ils produisent, caractéristiques de l’industrie 4.0 et de ses usines digitalisées, ont en effet vocation à optimiser l’usage des matériaux et des infrastructures logistiques de façon à générer d’importants gains de productivité mais aussi à réduire leur empreinte écologique.

Réconcilier recyclage et production de pointe

Mais dans un sens plus restrictif, l’économie circulaire désigne également le fait de donner une seconde vie aux produits ou aux matériaux qui les composent. En ce sens, une industrie 4.0 qui donnerait une véritable place à l’économie circulaire serait une industrie dans laquelle le recyclage est entièrement intégré à la chaîne de production. Bâtir des usines à la fois performantes, innovantes et capables d’intégrer des composants recyclés est un véritable défi demandant une bonne dose d’imagination tant recyclage et performance sont encore deux termes peu compatibles dans les imaginaires.

L’industrie automobile ouvre la voie

Souvent décriée pour son impact écologique particulièrement néfaste, l’industrie automobile est aujourd’hui en première ligne de cette révolution technologique. Le groupe PSA a ainsi créé une business unit entièrement dédiée à l’économie circulaire et propose, via plusieurs marques du groupe, une offre de pièces recyclées et reconditionnées. Quant au groupe Renault, il allie éco-conception de ses véhicules (utilisation de matières recyclées, limitation des déchets) et gestion intelligente de la fin de vie des produits : une fois récupérées, pièces et matières intègrent un nouveau cycle de production. Enfin le secteur ferroviaire n’est pas en reste puisque SNCF Réseau a mis en place des réseaux de revalorisation de matériels qui autrefois étaient jetés : les rails en acier sont réutilisés quand leur niveau d’usure le permet et le ballast est réutilisé après criblage. Les traverses en bois sont quant à elles incinérées et valorisées énergétiquement, tandis que les traverses en béton sont broyées pour être valorisées en sous-couche routière ou à des fins d’assainissement.

Intégrer l’économie circulaire aux modèles économiques des principales industries du pays demande de revoir en profondeur la façon dont les ressources sont utilisées mais également l’organisation interne des usines et les circuits logistiques qui les relient. Or, une telle remise à plat est également à l’ordre du jour du fait du développement de l’industrie 4.0. Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups ? Les infrastructures numériques qui permettront les gains de productivité de l’usine 4.0 sont en effet souvent considérées sous l’angle de leur forte empreinte carbone, mais en favorisant l’économie circulaire elles pourraient bien avoir un impact écologique positif. C’est ainsi le cas dans les usines du sous-traitant du secteur automobile VCST : l’implémentation d’une solution IoT (Internet of Things), moment-clé de la digitalisation de sa chaine de fabrication, a permis de réduire de 25% du délai d’implémentation d’une modification mais aussi un usage optimisé des ressources, matières premières et énergie. Un exemple dont pourront s’inspirer les entreprises qui refusent d’opposer innovation technologique et écologie.

 

 

Antoine Labuche est Responsable Commercial chez 9altitudes (anciennement Ad Ultima Group). Avec plus de 15 ans d’expérience sur les questions d’industrie 4.0, Antoine met son expertise au service des industriels ayant une réflexion sur leur parcours global de transformation digitale.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Industrie 4.0 : quelle place pour l’économie circulaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Emploi et compétences
La liberté ne se donne pas, elle se prend !
La liberté ne se donne pas, elle se prend !
Beaucoup d’entreprises souhaitent mobiliser l’intelligence collective de leurs salariés, donner à ceux-ci une plus grande autonomie et les encourager à s’exprimer sur leur travail. Pas si simple, explique Yves Clot...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
Quelle sécurité pour l'internet des objets ?
Quelle sécurité pour l'internet des objets ?
L’IoT est une source de nouvelles opportunités mais également de nombreux risques. Les identifier et les prévenir représente un prérequis indispensable pour les industriels qui voudraient être partie prenante de...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
Ces leviers technologiques qui sécurisent vos usines
Ces leviers technologiques qui sécurisent vos usines
La protection des personnes et des biens, et la valeur accordée aujourd’hui aux données, tendent à faire de la sécurité un enjeu industriel déterminant. Pour y répondre, les nouvelles technologies...
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
Industrie 4.0 : cette transformation technologique qui est aussi culturelle
Industrie 4.0 : cette transformation technologique qui est aussi culturelle
Bâtir l’industrie du futur ne doit jamais être pensé comme un simple défi technique mais comme une transformation profonde des méthodes de travail au sein de chaque entreprise.
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter