Négationnisme économique ?

Malgré plusieurs mises au point, Pierre Cahuc et André Zylberberg réitèrent leurs propos diffamatoires au sujet de Louis Gallois et de La Fabrique de l’industrie.

Par Thierry Weil
Le 28/10/2016

Pierre Cahuc et André Zylberberg ont publié un pamphlet intitulé « le négationnisme économique, et comment s’en débarrasser » dans lequel ils présentent l’économie comme une science expérimentale dont les résultats seraient incontestables. Ils traitent de négationnistes ceux qui ne partagent pas leurs points de vue, suggèrent que ces blasphémateurs ont des motivations et des méthodes malhonnêtes et préconisent de les exclure de tout débat public. Bien que divers économistes éminents aient montré la naïveté de leur vision scientiste et les nombreuses inexactitudes du livre, nos valeureux justiciers poursuivent leur « croisade » dans de nombreux médias. Diffamée, La Fabrique de l’industrie rappelle comment ses thèses ont été volontairement déformées dans cet ouvrage indigne.

Malgré plusieurs mises au point, Pierre Cahuc et André Zylberberg réitèrent leurs propos diffamatoires suggérant que Louis Gallois et La Fabrique de l’industrie se comportent comme les industriels du tabac soudoyant des scientifiques vénaux pour créer le doute sur des vérités établies scientifiquement.

Nous rappelons une fois encore que nous n’avons jamais mis en cause les travaux établissant que la manière la plus efficace de créer rapidement des emplois peu qualifiés et peu payés était d’alléger les charges au voisinage du SMIC. Nous insistons sur la pertinence d’un autre objectif : la compétitivité des entreprises, qui conditionne la prospérité de notre économie, l’équilibre de notre balance commerciale et le niveau de qualification de nos salariés. Des expériences étrangères ainsi que certaines simulations montrent que ce choix de la compétitivité peut créer à terme des emplois au moins aussi nombreux et plus qualifiés.

MM. Cahuc et Zylberberg ne semblent pas accepter qu’il soit légitime de s’intéresser à une autre question (la compétitivité) que celle qu’ils pensent savoir résoudre. Or, si les économistes sont fondés à discuter de la meilleure manière d’atteindre un objectif particulier, délibérer des objectifs prioritaires est un débat politique ouvert à tous les citoyens, y compris ceux qui n’ont pas un doctorat en économie. Une approche pluraliste, bienveillante et respectueuse de la diversité des points de vue, y contribue mieux que l’insulte et l’invective.

__

Pour une analyse de la controverse, on pourra se référer à l’excellente enquête d’Antoine Reverchon dans Le Monde, à l’analyse d’André Orléan, aux débats entre Pierre Cahuc et Pierre-Noël Giraud ou entre André Zylberberg, Vincent Charlet et Guillaume Duval (au cours desquels les auteurs adoptent un ton beaucoup plus mesuré que dans leur livre), au dossier du Centre de sociologie des organisations de Sciences-Po ou à mon article dans TheConversation.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Négationnisme économique ?

  1. Merci Thierry ! Pour ma part j’ai aussi l’honneur d’être mis en cause dans cet ouvrage avec une citation tronquée. Bref, une pratique qui relève du mauvais journalisme…
    Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur