Quelles filières pour l’industrie de demain ?

Proposant un cadre de concertation entre les industriels et l’État, les filières témoignent d’un intérêt public renouvelé pour l’industrie et suscitent des attentes fortes sur l’activité et l’emploi.

Par Andréane Bourges et Colin Ducrotoy
Le 19/01/2021

Les filières ont joué un rôle central durant la période de reconstruction, puis à nouveau pendant l’ère gaullopompidolienne des « grands programmes ». Ces dernières années, elles vivent comme un « retour en grâce » avec la mise en place des comités stratégiques de filière destinés à offrir un espace de dialogue et de concertation entre les industriels, l’Etat et les représentants des salariés.

La filière désigne l’ensemble des activités participant à la production d’un bien mais aussi la manière avec laquelle les acteurs se coordonnent entre eux, au-delà des opérations purement techniques.

Les filières, outils de politique industrielle

Aujourd’hui encore, les filières continuent d’être mobilisées en France comme des outils de politique industrielle. Que ce soit par exemple pour faire face aux difficultés d’approvisionnement suite à l’épidémie de la Covid-19, ou encore pour favoriser la rénovation thermique des bâtiments au niveau local. Toutefois, elles ne fédèrent pas aujourd’hui l’ensemble des acteurs industriels.

Cet ouvrage analyse les engagements et les pratiques des industriels afin de réfléchir aux filières à favoriser, à la clarification du rôle de l’État et aux freins à la coopération entre acteurs. La parole est donnée aux industriels qui ont investi dans quatre d’entre elles définies par le Conseil national de l’industrie (automobile, nouveaux systèmes énergétiques, transformation et valorisation des déchets, mode et luxe), et dans deux autres en-dehors du périmètre du CNI : la filière européenne des batteries pour l’automobile et celle de la lunetterie du Jura.

Ce Doc propose des pistes pour une mise en adéquation possible des ambitions stratégiques de l’État, des contraintes des industriels et des enjeux de territoires. Il s’adresse notamment aux industriels et aux décideurs publics qui souhaitent s’engager dans les filières de demain. Cette étude est le mémoire d’Andréane Bourges et Colin Ducrotoy, deux ingénieurs du Corps des mines en troisième année de formation.

Ce Doc est disponible sur le site des Presses des Mines.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Quelles filières pour l’industrie de demain ?

  1. Monsieur
    Je tiens tout d’abord à remercier La Fabrique pour avoir publiée cette excellente étude sur Filières Industrielles en France.
    Je partage certaines conclusions des auteurs à savoir que si les Filières Industrielles constituent des bons instruments d’influence pour les acteurs industriels, elles n’ont pas permis d’empêcher le recul important de l’activité industrielle en France depuis les années 90. Et ce n’est pas la pandémie du Covid 19 qui va redorer leur blason au vu d’une part des récents rapports alarmants (CAE, France Stratégie par exemple) sur l’état de la filière industrielle santé et d’autre part du retard pris par l’industrie française pour la production de vaccins.
    Il faut dire que cet outil de filière industrielle introduit dans les années 60/70, n’a donné de bons résultats que dans quelques cas particuliers comme l’aéronautique, le nucléaire et le TGV par exemple alors qu’il a échoué dans d’autres domaines comme le Plan Calcul ou la Machine-outil par exemple. Et aujourd’hui, l’aéronautique est citée en exemple et les pouvoirs publics ont tendance à vouloir copier ce qui marche pour ce secteurs aux autres secteurs industriels qui sont complètement différents. Le résultat risque d’être décevant.
    De plus, l’Europe représente un grand changement par rapport aux années 60/70 et il ne semble pas raisonnable de continuer à raisonner uniquement dans le cadre national.
    Je considère aussi que le nombre de filières est trop important et j’apprécie beaucoup la proposition de classification en 3 types de filières pour lesquelles il faudrait définir des modalités différentes.
    En conclusion, je voudrais rappeler que l’Etat et les Entreprises sont deux entités qui ont des objectifs distincts mais qui doivent collaborer sans oublier leurs responsabilités respectives. Je voudrais rappeler que les Pouvoirs Publics ont lancé le premier réseau téléphonique mobile numérique français basé sur la norme CT2 en 1991 alors qu’au même moment les autres pays européens abandonnaient cette norme CT2 pour se concentrer sur la norme GSM. Cela a induit des retards que l’industrie française a été incapable de rattraper.
    Au plaisir de lire vos nouvelles études.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Compétitivité
Comment sécuriser nos approvisionnements stratégiques ?
Comment sécuriser nos approvisionnements stratégiques ?
Sécuriser nos approvisionnements suppose de s’attaquer à une question centrale : qu’est-ce qui est stratégique et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Cet ouvrage analyse les difficultés d’une telle stratégie...
Voir ce poste
icon Compétitivité
Sécurisation des approvisionnements : un partenariat nécessaire entre État et entreprises
Sécurisation des approvisionnements : un partenariat nécessaire entre État et entreprises
La sécurisation de nos approvisionnements stratégiques est remontée en tête des préoccupations gouvernementales en étant l’une des conditions de réussite du plan d’investissement «–France 2030 ». Reste ensuite à l’État...
Voir ce poste
icon Les politiques industrielles en France et en Europe
Ajustement carbone aux frontières. L’Europe à l’heure des choix
Ajustement carbone aux frontières. L’Europe à l’heure des choix
Cette étude explique pourquoi les entreprises semblent hésitantes à se saisir du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières destiné à empêcher le « dumping climatique », et examine les questions techniques,...
Voir ce poste
icon Les politiques industrielles en France et en Europe
L’ajustement carbone au cœur des négociations internationales
L’ajustement carbone au cœur des négociations internationales
La proposition d’un MACF n’a répondu qu’à une partie des inquiétudes de l’industrie européenne, et a déclenché nombre de réactions sur la scène internationale. Entre incitations politiques et menaces de...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter