L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ?

À l’heure où la France s’interroge sur les rachats étrangers d’entreprises, cette note analyse la politique de promotion d’investissements directs étrangers (IDE) du Royaume-Uni mise en place afin d’enrayer sa désindustrialisation. Quels sont les effets sur son économie ? Quels enseignements pouvons-nous en tirer ?

Par Louisa Toubal
Le 08/11/2017

La France et le Royaume-Uni présentent de nombreuses similitudes économiques mais ne partagent pas la même conception de l’action publique. En particulier, le « patriotisme économique » tel que nous le connaissons en France n’a pas cours outre-Manche. Contrairement à notre pays, le Royaume-Uni a laissé vendre sans résistance la plupart de ses fleurons industriels nationaux, partant du principe que les investissements étrangers les renforceraient plus vite et plus surement que des capitaux domestiques.

L’analyse de la politique britannique en matière d’investissements directs étrangers apporte donc des réponses empiriques à des interrogations qui nous sont familières : le maintien d’une industrie forte dans un pays passe-t-il plutôt par la préservation de ses champions nationaux ou par l’attraction d’implantation d’entreprises étrangères ? Sous quelles conditions les investisseurs étrangers peuvent-ils participer à la croissance économique d’un pays, d’un territoire ?

Cet ouvrage montre comment les IDE peuvent effectivement jouer un rôle décisif dans le regain d’un secteur industriel. Il montre également que ces effets positifs sont limités dans le temps et l’espace quand ils ne sont pas complétés par des politiques territoriales efficaces. Cet ouvrage explore enfin les conséquences possibles du Brexit et révèle combien la traditionnelle philosophie du « laisser-faire » est aujourd’hui remise en question.

Pour commander la Note aux Presses des Mines : cliquez ici

 Analyse de Louisa Toubal « Comment le Royaume-Uni attire les investissements industriels étrangers » : Regarder la vidéo 

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ?

  1. Bonjour,

    l’application de cette politique au Royaume uni n’est rendue possible que par le contrôle souverain de sa politique intérieure, d’où sa sortie de l’Union Européenne. Ainsi les investissements se font à la condition du droit national en place ce qui permet entre autre d’éviter les situations de monopoles d’un secteur et ce contrairement à la France soumise aux dispositions du traité de Lisbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Benchmarks
Industrie du futur : regards franco-allemands
Industrie du futur : regards franco-allemands

En 2016-2017, la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Friedrich-Ebert et La Fabrique ont organisé une mise en commun de la réflexion entre Français et Allemands sur l’industrie du futur. Trois séminaires ont réuni représentants des pouvoirs publics, industriels, syndicalistes et experts. Cette synthèse s’inspire en partie de ces séminaires et s’enrichit de nos travaux antérieurs.

Voir ce poste
Compétitivité
L’énigme de l’investissement
L’énigme de l’investissement

L’investissement des entreprises a de nouveau progressé en 2016, plus rapidement encore qu’en 2015, ce qui devrait augurer de belles perspectives pour l’économie française. Depuis plusieurs années pourtant, le niveau particulièrement élevé de l’investissement en France ne s’est pas traduit par le dynamisme économique qu’il aurait théoriquement dû générer. Le décalage est même tel que, depuis la fin de la crise, de nombreux experts s’interrogent sur les origines du « mal-investissement » français.

Voir ce poste
Benchmarks
Où va l'industrie américaine ?
Où va l'industrie américaine ?

L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis a surpris la plupart des observateurs. Ce résultat s’explique par une conjonction de facteurs, parmi lesquels on retrouve la question du déclin industriel et ses effets sur l’économie et la société américaines.

Voir ce poste
Politiques industrielles
Réduire le chômage non qualifié : oui, mais à quel prix ?
Réduire le chômage non qualifié : oui, mais à quel prix ?

L’efficacité des baisses de charges sur les bas salaires pour lutter contre le chômage est abusivement présentée comme une vérité économique incontestable. La réalité est beaucoup plus nuancée. De plus, un tel choix décourage les entreprises d’investir dans la formation des salariés et la montée en gamme de l’outil de production.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur