Travail industriel à l’ère du numérique

La transition vers l’industrie du futur représente un enjeu technologique primordial pour les entreprises, qui se double d’un défi humain et organisationnel. Elle demande une réorganisation du travail, de nouvelles compétences, de nouveaux métiers et donc une élévation des qualifications.

Par Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer
Le 27/10/2016

L’industrie mondiale se transforme en profondeur. Confrontée à une concurrence internationale toujours plus vive et, dans le même temps, à de nouvelles exigences sociales et environnementales, elle est également bouleversée par l’introduction de technologies de rupture (impression 3D, cobotique, automatisation, internet des objets, etc.) et, plus encore, par la diffusion très large de nouveaux outils numériques. La mise en place de cette « industrie du futur » permet de nouveaux modes de production et donc de fabriquer dans un temps plus court, plus proprement, parfois « sur mesure » à la demande des clients. Elle implique toutefois une réorganisation profonde du travail, une élévation des qualifications de tous les salariés, l’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles exigences en termes de compétences.

Faisant la synthèse des publications les plus récentes sur le sujet, et s’appuyant sur une quarantaine d’auditions de chercheurs et d’acteurs de terrain (industriels, partenaires sociaux, acteurs de la formation…), cet ouvrage vient répondre à un certain nombre de questions. Quel sera l’impact de ces mutations sur la structure et la nature de l’emploi ? Peut-on anticiper les métiers de demain ? Comment les organisations et les modes de travail vont-ils évoluer ? L’appareil de formation professionnelle est-il bien équipé pour relever ces défis ? Quelles solutions mettre en œuvre pour réussir cette transition ?

Cet ouvrage s’adresse aux cadres et dirigeants d’entreprises, représentants du personnel, formateurs, consultants et observateurs soucieux de l’enjeu de la transformation des compétences et des métiers industriels dans les prochaines décennies.

Retrouvez les témoignages de : SNCF, Airbus, Afpa, Cetim, Lasaire, Somfy, Aforp, Siemens France, Michelin, DGE, CFDT, Redex, FO Métaux, UGICT-CGT, Orange, UIMM, Renault, Saint-Gobain, General Electirc, Axon’ Cable, PSA, Sanofi, Solvay France, Gorgé, Institut FaberNovel, KPMG.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Travail industriel à l’ère du numérique

  1. Excellent travail qui met en avant la nécessité de co-construire avec les salariés et leurs représentants la transformation à venir.
    Les syndicats doivent bien entendus comprendre les enjeux et assurer un rôle d’accompagnateur social de ces transformations et non se cantonner dans une opposition de principe pour que ce débats soit fructueux.
    Comment créer des entreprises avec des modes de travail moins hiérarchique, une digitalisation et automatisation grandissante sans appauvrir le contenu des postes ? Comment parier sur l’engagement des salariés, leur reconnaissance tout en veillant à leur bien-être ? Il y a des champs de collaboration pour saisir les opportunités de cette transformation digitale de manière positive et intelligente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Emploi et compétences
Numérique et emploi : quel bilan ?
Numérique et emploi : quel bilan ?

Des chiffres plus ou moins alarmistes circulent sur les effets du numérique sur l’emploi. La Fabrique de l’industrie propose une synthèse pour comprendre les termes de ce débat. L’incertitude des projections chiffrées est grande ; la seule certitude est qu’une « transformation numérique » est bien à l’œuvre. La priorité est de savoir l’accompagner, notamment grâce à la formation initiale et continue.

Voir ce poste
Emploi et compétences
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité

La rapidité des changements en cours : robotisation, numérique, innovations technologiques… et la nécessité de monter en gamme conduisent les entreprises à faire évoluer leur organisation du travail. Dans ce contexte, la qualité de vie au travail (QVT) détermine plus que jamais leur capacité à créer de la valeur. Cette étude a été réalisée en partenariat avec Terra Nova et l’Anact-Aract.

Voir ce poste
Emploi et compétences
Vers des organisations du travail responsabilisantes
Vers des organisations du travail responsabilisantes

Les enquêtes récentes sur les conditions de travail révèlent que l’autonomie des salariés régresse dans notre pays tandis que le travail s’intensifie et que la monotonie des tâches augmente. L’autonomie au travail est pourtant un levier essentiel d’amélioration conjointe de la qualité de vie au travail, de l’engagement des collaborateurs et de la performance. La dernière synthèse de La Fabrique de l’industrie, co-écrite avec l’Aract Île-de-France et Terra Nova, propose de libérer le travail plutôt que l’entreprise.

Voir ce poste
Benchmarks
La formation professionnelle en Suisse
La formation professionnelle en Suisse

Le système dual serait une des explications à la bonne insertion des jeunes sur le marché du travail en Suisse, ainsi qu’un puissant atout pour soutenir la qualification de la main d’oeuvre du pays.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur