Travail industriel à l’ère du numérique

La transition vers l’industrie du futur représente un enjeu technologique primordial pour les entreprises, qui se double d’un défi humain et organisationnel. Elle demande une réorganisation du travail, de nouvelles compétences, de nouveaux métiers et donc une élévation des qualifications.

L’industrie mondiale se transforme en profondeur. Confrontée à une concurrence internationale toujours plus vive et, dans le même temps, à de nouvelles exigences sociales et environnementales, elle est également bouleversée par l’introduction de technologies de rupture (impression 3D, cobotique, automatisation, internet des objets, etc.) et, plus encore, par la diffusion très large de nouveaux outils numériques. La mise en place de cette « industrie du futur » permet de nouveaux modes de production et donc de fabriquer dans un temps plus court, plus proprement, parfois « sur mesure » à la demande des clients. Elle implique toutefois une réorganisation profonde du travail, une élévation des qualifications de tous les salariés, l’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles exigences en termes de compétences.

Faisant la synthèse des publications les plus récentes sur le sujet, et s’appuyant sur une quarantaine d’auditions de chercheurs et d’acteurs de terrain (industriels, partenaires sociaux, acteurs de la formation…), cet ouvrage vient répondre à un certain nombre de questions. Quel sera l’impact de ces mutations sur la structure et la nature de l’emploi ? Peut-on anticiper les métiers de demain ? Comment les organisations et les modes de travail vont-ils évoluer ? L’appareil de formation professionnelle est-il bien équipé pour relever ces défis ? Quelles solutions mettre en œuvre pour réussir cette transition ?

Cet ouvrage s’adresse aux cadres et dirigeants d’entreprises, représentants du personnel, formateurs, consultants et observateurs soucieux de l’enjeu de la transformation des compétences et des métiers industriels dans les prochaines décennies.

Retrouvez les témoignages de : SNCF, Airbus, Afpa, Cetim, Lasaire, Somfy, Aforp, Siemens France, Michelin, DGE, CFDT, Redex, FO Métaux, UGICT-CGT, Orange, UIMM, Renault, Saint-Gobain, General Electirc, Axon’ Cable, PSA, Sanofi, Solvay France, Gorgé, Institut FaberNovel, KPMG.

Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
Conférence aux Journées de l'économie de Lyon
En savoir plus
Article - Pourquoi le robot ne tue pas l’emploi
En savoir plus
Article - Transformation digitale : un problème d’organisation ?
En savoir plus
Pour réagir