Travail industriel à l’ère du numérique

La transition vers l’industrie du futur représente un enjeu technologique primordial pour les entreprises, qui se double d’un défi humain et organisationnel. Elle demande une réorganisation du travail, de nouvelles compétences, de nouveaux métiers et donc une élévation des qualifications.

Par Thibaut Bidet-Mayer et Louisa Toubal
Le 27/10/2016

L’industrie mondiale se transforme en profondeur. Confrontée à une concurrence internationale toujours plus vive et, dans le même temps, à de nouvelles exigences sociales et environnementales, elle est également bouleversée par l’introduction de technologies de rupture (impression 3D, cobotique, automatisation, internet des objets, etc.) et, plus encore, par la diffusion très large de nouveaux outils numériques. La mise en place de cette « industrie du futur » permet de nouveaux modes de production et donc de fabriquer dans un temps plus court, plus proprement, parfois « sur mesure » à la demande des clients. Elle implique toutefois une réorganisation profonde du travail, une élévation des qualifications de tous les salariés, l’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles exigences en termes de compétences.

Faisant la synthèse des publications les plus récentes sur le sujet, et s’appuyant sur une quarantaine d’auditions de chercheurs et d’acteurs de terrain (industriels, partenaires sociaux, acteurs de la formation…), cet ouvrage vient répondre à un certain nombre de questions. Quel sera l’impact de ces mutations sur la structure et la nature de l’emploi ? Peut-on anticiper les métiers de demain ? Comment les organisations et les modes de travail vont-ils évoluer ? L’appareil de formation professionnelle est-il bien équipé pour relever ces défis ? Quelles solutions mettre en œuvre pour réussir cette transition ?

Cet ouvrage s’adresse aux cadres et dirigeants d’entreprises, représentants du personnel, formateurs, consultants et observateurs soucieux de l’enjeu de la transformation des compétences et des métiers industriels dans les prochaines décennies.

Retrouvez les témoignages de : SNCF, Airbus, Afpa, Cetim, Lasaire, Somfy, Aforp, Siemens France, Michelin, DGE, CFDT, Redex, FO Métaux, UGICT-CGT, Orange, UIMM, Renault, Saint-Gobain, General Electirc, Axon’ Cable, PSA, Sanofi, Solvay France, Gorgé, Institut FaberNovel, KPMG.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Travail industriel à l’ère du numérique

  1. Excellent travail qui met en avant la nécessité de co-construire avec les salariés et leurs représentants la transformation à venir.
    Les syndicats doivent bien entendus comprendre les enjeux et assurer un rôle d’accompagnateur social de ces transformations et non se cantonner dans une opposition de principe pour que ce débats soit fructueux.
    Comment créer des entreprises avec des modes de travail moins hiérarchique, une digitalisation et automatisation grandissante sans appauvrir le contenu des postes ? Comment parier sur l’engagement des salariés, leur reconnaissance tout en veillant à leur bien-être ? Il y a des champs de collaboration pour saisir les opportunités de cette transformation digitale de manière positive et intelligente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Emploi et compétences
Le design du travail en action. Transformation des usines et implication des travailleurs
Le design du travail en action. Transformation des usines et implication des travailleurs
Cette nouvelle étude documente des situations de « design du travail » dans des usines en transformation rapide. Elle observe comment la participation des travailleurs y est plus ou moins...
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
Le travail à distance dessine-t-il le futur du travail ?
Le travail à distance dessine-t-il le futur du travail ?
Cet ouvrage entend poser la question du travail à distance au-delà de l’épisode pandémique, de ses effets et de ce qu’il nous enseigne.
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
La productivité du télétravail repose-t-elle uniquement sur les salariés ?
La productivité du télétravail repose-t-elle uniquement sur les salariés ?
La productivité réelle du télétravail reposera à terme sur la capacité des entreprises à revoir en profondeur leurs processus organisationnels et communicationnels, afin de tirer parti du « à distance » comme...
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
SMPF ou l’art d’être agile
SMPF ou l’art d’être agile
Compte rendu de la séance du 6 octobre 2020 du séminaire Aventures industrielles de l’École de Paris du management. Intervenant : Romain SERRA, dirigeant de SMPF.
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter