Les trajectoires variées des territoires industriels

En plusieurs siècles, l’industrie a imprégné non seulement l’histoire économique et sociale mais aussi les paysages et les cultures de nombre de territoires. Ce sont eux, ces territoires fragilisés par le processus de  désindustrialisation à l’œuvre depuis les années 1970, qui sont au cœur de la problématique de la thèse.

En plusieurs siècles, l’industrie a imprégné non seulement l’histoire économique et sociale mais aussi les paysages et les cultures de nombre de territoires. Ce sont eux, ces territoires fragilisés par le processus de  désindustrialisation à l’œuvre depuis les années 1970, qui sont au cœur de la problématique de la thèse.

De multiples travaux montrent que des ressources culturelles, patrimoniales ou encore touristiques peuvent être mobilisées dans ces territoires pour soutenir de nouvelles voies de  développement économique. Si elles  permettent de rompre avec la fatalité du déclin industriel, elles n’éclairent pas pour autant l’avenir de ces territoires à l’aune de problématiques productives. L’hypothèse d’un renouveau est d’ailleurs rarement envisagée, alors même qu’il est désormais avéré qu’on assiste non à une fin de l’industrie mais plutôt à sa profonde transformation. S’ajoutant aux effets  de la concurrence internationale, nous  savons que de profondes mutations sont à l’œuvre et que de nouveaux  enjeux (développement durable, diffusion des technologies numériques, etc.) pourraient redistribuer les cartes. Dans ce contexte, cette thèse interroge l’avenir productif des territoires industriels.  En admettant que les territoires sont majoritairement dépendants de leur passé, ce travail analyse les trajectoires socio-économiques locales des  cinquante dernières années. Il combine des éléments quantitatifs, pour saisir des tendances nationales, et des éléments qualitatifs à partir de trois cas d’étude : le Bocage Bressuirais (Deux-Sèvres, Nouvelle Aquitaine), Romans-sur-Isère (Drôme, Auvergne Rhône-Alpes) et Annonay (Ardèche, Auvergne-Rhône-Alpes). Ces trois cas  ont chacun fait l’objet d’une dizaine d’entretiens auprès d’acteurs locaux (élus, entrepreneurs, techniciens de  collectivité territoriale…).

L’analyse rétrospective montre que ces territoires sont pluriels, et qu’ils ont déjà connu des périodes de rebond, de bifurcation, de déclin. Ils sont donc en capacité d’en traverser d’autres. La thèse montre que, selon ces trajectoires, les perspectives et les actions à mener localement sont diverses.

Intérêt pour l’industrie

Cette thèse livre trois principaux résultats, participant à une meilleure  connaissance des territoires industriels.  Elle présente d’abord un panorama des territoires industriels, distingués en trois grands types de bassins de vie : ex-industriels, tradi-industriels et  néo-industriels. Cette typologie permet de cerner la diversité des territoires industriels, à travers leurs  caractéristiques sectorielles, spatiales, socio-économiques et démographiques. En d’autres termes, elle défait l’idée d’une supposée fragilité d’ensemble.

La recherche détaille ensuite les multiples trajectoires empruntées dans  le passé par ces territoires. Douze dynamiques distinctes sont identifiées et regroupées en quatre grandes formes de trajectoires que sont la  mutation, l’évolution, la recomposition et la bifurcation. Ces trajectoires de long terme permettent de comprendre les enjeux auxquels les territoires sont confrontés. Elles témoignent de l’influence de la spécialisation sectorielle, du type d’espace et des tendances macrorégionales.

Elles démontrent enfin l’intérêt spécifique des questions productives dans les territoires industriels non métropolitains : soit parce qu’ils sont  encore aujourd’hui industriels et que  leur trajectoire atteste d’une certaine  vigueur industrielle locale, soit parce  que face au déclin de l’emploi industriel, aucun autre moteur n’est venu  véritablement, pour l’instant, prendre le relai. La thèse montre enfin qu’un renouvellement productif est possible dans  les territoires industriels et propose  pour cela plusieurs leviers en matière d’action publique locale.

Marjolaine-Gros-Balthazard, finaliste du concours

Marjolaine Gros-Balthazard

La thèse de Marjolaine, soutenue en novembre 2018, s’intitule « L’avenir productif des territoires industriels. Analyse de la diversité des trajectoires économiques...

Lire la bio de l'auteur
Devenez contributeurs !

Vous avez des choses à dire sur l’industrie d’aujourd’hui (ou de demain) ? Pour réagir à nos travaux ou nous proposer les vôtres, écrivez-nous !

Devenir contributeur
Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
Livret du concours "étudiants et jeunes chercheurs"
En savoir plus
Cérémonie de remise des prix 2019
En savoir plus
Présentation vidéo de Marjolaine Gros-Balthazard
En savoir plus
Pour réagir