-67,9 milliards d’euros

C’est le déficit commercial enregistré par l’industrie en 2016.

Par La Fabrique
Le 11/10/2017

Le déficit commercial de l’industrie française s’élevait à 67,9 milliards d’euros en 2016. Il s’est détérioré de 1,7 milliards d’euros par rapport à 2015, en raison de la contre-performance des secteurs de l’aéronautique, de l’automobile, et de l’agriculture.

Définition

Une exportation est la vente d’un bien produit sur le sol national d’un pays et vendu à un consommateur d’un pays étranger. Une importation est l’achat d’un bien produit dans un pays étranger par un consommateur présent sur le sol national. La balance commerciale d’un pays correspond à la différence entre la valeur des exportations et la valeur des importations de biens. Si la valeur des exportations dépasse celle des importations, on dit qu’il y a excédent commercial ou que la balance commerciale est excédentaire; si les importations sont supérieures aux exportations, le pays a un déficit commercial ou sa balance commerciale est déficitaire.

 

Depuis une dizaine d’années, le solde commercial de l’industrie française est structurellement déficitaire. Ces mauvaises performances à l’international s’expliquent en grande partie par l’importance de la facture énergétique. La France ne produisant pas assez de pétrole et de gaz naturel pour subvenir à ses besoins, elle est contrainte de l’importer. Néanmoins la balance commerciale française a nettement bénéficié de la baisse des prix des hydrocarbures depuis 2014.

Le creusement du déficit de la France est également imputable à la perte de compétitivité de l’industrie manufacturière. Alors qu’elle parvenait encore à dégager un excédent commercial au début des années 2000, elle a commencé à perdre du terrain à partir de 2005. Depuis la fin de la crise, le déficit manufacturier français évolue chaque année entre 35 et 45 milliards d’euros.

Sur les 6 dernières années, seuls quatre secteurs industriels ont réussi à afficher un solde commercial positif. Avec un excédent moyen de 14,7 milliards d’euros entre 2010 et 2015, le secteur des matériels de transport représente le meilleur atout sur lequel la France peut compter dans les échanges internationaux. Il est en grande partie porté par l’aéronautique, domaine de spécialité de grands groupes comme Airbus ou Dassault Aviation. La chimie et l’agroalimentaire sont aussi des domaines où la France est compétitive.

 

L’Europe représente la principale zone d’échange pour les industriels français. Premier partenaire commercial de la France, l’Allemagne absorbait à elle seule 11,0 % de ses exportations de produits industriels en 2016, contre 5,1 % pour l’Espagne, deuxième. Les échanges avec l’Allemagne sont également la première source du déficit commercial français en Europe, devant  l’Italie.

Au niveau mondial, c’est le commerce avec la Chine qui pèse le plus lourdement sur le solde commercial de l’industrie française. S’inscrivant en déficit de plus de 30,2 milliards d’euros en 2016, il représente environ un tiers du déficit total de la balance commerciale française. L’importation massive de produits de grande consommation (informatique, électronique, habillement, etc.) explique en grande partie ces mauvaises performances. Du côté des exportations, l’aéronautique ou l’agroalimentaire ne parviennent que très partiellement à rééquilibrer la balance.

Le commerce avec l’Afrique, les Amériques, le Proche et le Moyen-Orient est en revanche plus favorable à l’industrie française.

 

 

Pour en savoir plus

Télécharger les données
Ajouter un commentaire

Vous aimerez aussi

icon Industrie du futur
La densité en robots industriels : 132 robots pour 10 000 salariés
La densité en robots industriels : 132 robots pour 10 000 salariés
C’est la densité en robots industriels en France en 2016.
Voir ce poste
icon Industrie du futur
L’industrie du futur et le numérique
L’industrie du futur et le numérique
La Fabrique fait le point sur la progression de la France dans l’adoption des technologies numériques.
Voir ce poste
icon Compétitivité
Dynamiques sectorielles
Dynamiques sectorielles
C’est la croissance de la valeur ajoutée industrielle enregistrée en 2016. Les secteurs industriels connaissent toutefois des dynamiques diverses.
Voir ce poste
icon Compétitivité
Valeur ajoutée : 280 milliards
Valeur ajoutée : 280 milliards
C’est la valeur ajoutée générée par l’industrie en 2016, soit 12,4 % de la richesse produite en France.
Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur