L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-allemands

Industrie 4.0 en Allemagne, industrie du futur en France : malgré des nuances entre leurs programmes publics respectifs, les deux pays partagent des interrogations communes sur les conséquences sociales de la révolution numérique au travail. Sans aucun doute, le dialogue social est un facteur clé de réussite de l’industrie du futur.

Il n’existe pas de lien mécanique entre les nouvelles technologies et les nouvelles formes d’organisation du travail. Tout dépend de la manière dont l’entreprise et leurs équipes s’approprient le progrès technique, et de la qualité du dialogue social. Divers scénarios peuvent apparaître, dont les conséquences économiques et sociales ne sont pas identiques.

Les risques et opportunités, vue par les syndicats

L’industrie du futur peut être une opportunité sociale, permettant une meilleure conciliation du travail et de la vie personnelle : travail à distance, recul de la barrière de l’âge et du handicap… Mais les nouvelles technologies peuvent aussi comporter des risques pour les travailleurs. Konrad Klingenburg, directeur du bureau de Berlin de IG Metall, principal syndicat allemand de l’industrie, observe une forte augmentation du travail à distance, effectué par des personnes moins bien payées et bénéficiant d’une moindre protection sociale et sans accès aux décisions de l’entreprise.

La nécessité du dialogue social

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, souligne que la flexibilité peut être synonyme de porosité entre vie professionnelle et vie privée, de stress supplémentaire et d’intensification du travail. Pour Isabelle Martin, responsable du service Économie et société à la CFDT, l’innovation technique ne conduira à une réussite sociétale, durable et écologique, que si l’ensemble des parties prenantes transforment collectivement le travail. L’échange des points de vue au sein de l’entreprise est source de performance mais fait encore souvent défaut en France. C’est par exemple ce qui s’est passé lorsque la mise en place du lean manufacturing s’est faite en associant insuffisamment les salariés.

En France comme en Allemagne, les syndicats affirment que le dialogue social de haut niveau est une condition essentielle pour réussir la transition vers l’industrie du futur et doit être considéré comme un levier de transition de l’entreprise.

La note « L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? » est une synthèse du cycle de séminaires organisé en 2016 et 2017 par La Fabrique de l’industrie, la Fondation Jean Jaurès et la Fondation Friedrich-Ebert, avec le soutien du ministère de l’Économie.

 

Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
Lire la note "L'industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-allemands"
En savoir plus
Contact

Mathilde Jolis

Responsable des relations presse

  • 01 56 81 04 26
  • mathilde.jolis@la-fabrique.com
  • 81 boulevard Saint Michel
    75005 Paris