A quoi servent les filières ?

Dans ce document, La Fabrique de l’industrie s’interroge sur la pertinence d’une politique industrielle basée sur la représentation de l’économie en filière. Cela nécessite de revenir sur le concept de filière en lui-même.

Par Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer
Le 18/11/2013

 

« Filière aéronautique », « filière électronique », « filière santé »… : le terme de filière connaît un regain d’intérêt depuis quelques années, notamment dans les débats sur la politique industrielle. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, appuyé par le Conseil national de l’industrie, a d’ailleurs sélectionné depuis janvier 2013 quatorze filières industrielles stratégiques destinées à « construire la carte de la France productive des années 2020 » et à mettre fin à la désindustrialisation de notre pays.

L’idée est assez intuitive pour être rassembleuse, notamment parmi les entreprises qui recherchent ensemble les conditions de leur compétitivité. Mais la filière est également une notion assez floue, parfois même galvaudée, car il n’en existe pas de définition universellement acceptée. L’utilisation de ce terme peut finir par dépendre des décisions que l’on souhaite promouvoir. A l’extrême, il devient un outil de communication, profitant des effets de mode.

Quel est donc l’apport d’un raisonnement en termes de filières pour porter une politique industrielle ambitieuse ? Cette approche, mobilisatrice à certains égards, ne risque-t-elle pas de cantonner l’action politique dans un cadre restrictif voire dépassé ? En particulier, exclut-elle les entreprises multi-filières ou encore celles pratiquant des fertilisations croisées dans le cadre des pôles de compétitivité ?

Le cas de l’Allemagne est particulièrement riche d’enseignements : on n’y trouve pas de politique de filières. L’action des pouvoirs publics s’oriente en effet plutôt vers une politique de soutien général à la compétitivité du tissu industriel, en s’attachant en particulier à assurer un cadre réglementaire propice au développement économique (climat des affaires, qualification des salariés, etc.).

Nous vous proposons également l’article “A quoi servent les filières industrielles ?” co-signé par Louisa Toubal et Louis Gallois, paru dans le numéro de novembre 2013 de Problèmes économiques. Pour y accéder, cliquez ici.

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Industrie du futur
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Ce working paper évalue la place des start-up dans la régénération de l’industrie française.
Voir ce poste
icon Industrie du futur
La robotique collaborative comme moyen de soulager l’opérateur
La robotique collaborative comme moyen de soulager l’opérateur
Le Cube vous propose un éclairage sur le travail de Susana Sánchez Restrepo. Elle a développé un système de guide virtuel qui assiste l’opérateur dans la réalisation de son travail...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Imaginez que l’opérateur de l’usine du futur travaille avec un robot. En sera-t-il le maître ou l’assistant ? Ce Doc présente de nouveaux modes d’interaction possibles entre l’humain et le...
Voir ce poste
icon La désindustrialisation en France et en Europe
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
La réponse gouvernementale à la crise fait la part belle à une reconquête de notre « souveraineté industrielle » via les relocalisations. Aurait-on trouvé là un remède à la désindustrialisation...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter