L’énigme de l’investissement des entreprises françaises

Les entreprises françaises ont depuis dix ans un niveau d’investissement plus élevé que leurs homologues dans la plupart des autres pays européens, sans que cela ne produise les bénéfices économiques attendus. La Fabrique de l’industrie, en collaboration avec France Stratégie, propose une synthèse pour décrypter ce paradoxe.

Les entreprises industrielles françaises investissent beaucoup plus dans les actifs immatériels (logiciels, bases de données, R&D…) que leurs homologues européennes, relativement à leur valeur ajoutée. Le taux d’investissement élevé dans cette catégorie d’actifs contribue largement à expliquer que, toutes formes d’actifs confondues, l’investissement de l’industrie manufacturière soit globalement plus élevé en France que dans la plupart des autres pays européens.

En revanche, l’investissement dans les machines et équipements est un peu plus faible que chez nos voisins, ce qui pourrait expliquer en partie certaines performances économiques décevantes de l’industrie française.

Les investissements parfois appelés « non productifs » (construction et mise en conformité réglementaire) ne semblent pas freiner les investissements productifs. L’investissement en construction ne représente qu’une faible part des dépenses d’investissement de l’industrie manufacturière française. Cette part est comparable à celle réalisée en Italie et aux Pays-Bas et est moins élevée qu’en Espagne et au Royaume-Uni. La mise en conformité réglementaire implique des coûts supplémentaires qui peuvent être élevés mais qui, pour la plupart, ne sont pas propres à la France. En particulier, les dépenses d’investissement des industriels liées à la réglementation française n’expliquent qu’une part limitée du surplus d’investissement par rapport à l’Allemagne.

L’effort d’investissement important de nos entreprises dans l’immatériel semble cohérent avec l’image d’une « industrie du futur » qui s’appuie sur les outils numériques pour être plus compétitive. Il reste à comprendre pourquoi il ne s’est pas traduit jusqu’à présent par des gains plus nets en matière de productivité et de compétitivité.

Pour en savoir plus

Télécharger la synthèse
Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “L’énigme de l’investissement des entreprises françaises

  1. Pour comprendre cette étude je ne trouve pas la définition de la notion de nationalité d’entreprise.

    Par exemple les entreprises françaises sont-elles :
    -Les sociétés indépendantes ou entités de groupes français ou étrangers pour leur activité sur le territoire national,
    ou
    -Les sociétés françaises pour leur activité mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Mondialisation, économie et benchmarks
Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?
À partir d’entretiens menés auprès de dirigeants industriels, cet ouvrage se propose d’analyser dans quelle mesure le revirement de l’économie chinoise peut bousculer les entreprises françaises désireuses de s’y établir.
Voir ce poste
icon Territoire et industrie
Fonder une industrie contributive et résiliente
Fonder une industrie contributive et résiliente
Ce Doc offre aux industriels et aux décideurs publics des pistes de réflexion sur la résilience des territoires industriels et des entreprises qui les font vivre.
Voir ce poste
icon Territoire et industrie
Si la crise est économique, la résilience est humaine
Si la crise est économique, la résilience est humaine
Impressions à la lecture de l’ouvrage “Fonder une industrie contributive et résiliente” d’Alain Verna.
Voir ce poste
icon Territoire et industrie
Le territoire Niortais-Haut Val de Sèvre recrute !
Le territoire Niortais-Haut Val de Sèvre recrute !
Compte-rendu de la séance du mardi 2 février 2021 du séminaire de l’observatoire des Territoires d’industrie, en partenariat avec l’École de Paris du management. Intervenants : Louis-Marie BELLOT, Bellot Minoteries...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter