Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution !

Ce Doc de La Fabrique de l’industrie analyse le développement industriel du véhicule autonome et son impact possible sur le secteur des transports. Il se penche plus spécifiquement sur la stratégie et le niveau d’avancement des entreprises françaises, et en tirent quelques recommandations.

 

La révolution du véhicule autonome arrive sur nos routes et dans nos villes. Le sujet a pris une ampleur considérable au cours des dernières années, comme peuvent en témoigner les acquisitions spectaculaires (quinze milliards pour Mobileye !) et les batailles juridiques dévastatrices (Google contre Uber, ce qui n’a sûrement pas aidé Travis Kalanick à rester en poste). Pour quels résultats ?

On attend beaucoup du véhicule autonome. Qu’il nous permette de nous déplacer partout, tout le temps, sans effort ni surcoût, qu’il soit disponible au simple claquement de nos doigts, qu’il nous transporte de manière sûre, rapide, et non polluante, d’un bout à l’autre de la ville ou du pays. Si cette révolution est une révolution des usages, c’est aussi et avant tout une révolution d’une industrie. L’industrie automobile, qui va être affectée de bout en bout par ce nouveau paradigme. Constructeurs, équipementiers, loueurs, géants du numérique : tous vont se battre férocement dans l’arène de l’autonomie. Laissant les vaincus exsangues et agonisants, portant les vainqueurs au pinacle de la rentabilité et de la part de marché.

La France a une carte à jouer, malgré un retard à l’allumage indéniable. Ses constructeurs Renault et PSA essaient de reprendre la voiture en marche, après une sortie de crise difficile, et comptent pour cela s’appuyer sur une présence internationale. La tâche reste colossale, puisqu’il faut faire face à des constructeurs premiums aux poches plus larges, et à des géants du numérique aux poches sans fond. Son équipementier majeur, Valeo, peut se targuer d’être au niveau de ses concurrents, mais, à l’ère du numérique, les retournements se produisent à vitesse éclair: il faut donc continuer à investir.

Le motif d’optimisme réside dans les compétences françaises. Si l’écosystème des startups n’en est qu’à ses balbutiements, comparé à la Silicon Valley, la France regorge de talents et de formations d’ingénieurs de qualité. Précisément les savoir-faire nécessaires pour développer les meilleurs systèmes d’autonomie du monde. Encore faut-il savoir les retenir, et en faire les acteurs majeurs du renouveau de l’industrie automobile française. La France doit s’emparer à bras-le-corps du sujet : lui donner une impulsion politique forte venant du sommet de l’État, se munir d’un cadre d’expérimentation volontariste et ambitieux, s’appuyer sur son industrie pour pousser une réglementation beaucoup plus permissive au niveau européen, et entamer sans plus attendre la communication auprès des collectivités, du public et des professions concernées.  Ne ratons pas la révolution !

 

Pour commander le document aux presses des Mines, cliquez ici.

Les Docs de La Fabrique de l’industrie
La collection des « Docs de La Fabrique » rassemble des textes qui n’ont pas été élaborés à la demande ni sous le contrôle du conseil d’orientation de La Fabrique de l’industrie, mais qui apportent des éléments de réflexion stimulants pour le débat et la prospective sur les enjeux de l’industrie.

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution !

  1. Très bon rapport d’étude. Je pense que l’écueil tant cité dans cette étude vient de voir le jour avec la signature d’un partenariat entre l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Google. En effet, le géant californien vient de se voir confier les clés de millions de véhicules qui verront le jour à partir de 2021. Par conséquent, Google se verra monter dans la chaîne de valeur en détenant de plus en plus de datas des automobilistes Renault… au détriment de R-Link initialement prévu pour équiper les services connectés à bord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Industrie du futur
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Ce working paper évalue la place des start-up dans la régénération de l’industrie française.
Voir ce poste
icon Industrie du futur
La robotique collaborative comme moyen de soulager l’opérateur
La robotique collaborative comme moyen de soulager l’opérateur
Le Cube vous propose un éclairage sur le travail de Susana Sánchez Restrepo. Elle a développé un système de guide virtuel qui assiste l’opérateur dans la réalisation de son travail...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Collaborer avec la machine : quels changements pour l’opérateur ?
Imaginez que l’opérateur de l’usine du futur travaille avec un robot. En sera-t-il le maître ou l’assistant ? Ce Doc présente de nouveaux modes d’interaction possibles entre l’humain et le...
Voir ce poste
icon L’innovation dans l’industrie
Efficacité énergétique : les promesses du numérique
Efficacité énergétique : les promesses du numérique
L’efficacité énergétique des procédés industriels, de la théorie à la pratique. Des outils logiciels qui facilitent la rénovation thermique.
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter