Brexit, IDE et stratégie industrielle

Pour rebondir, le RU doit inventer un nouveau modèle économique, aussi audacieux que celui initié par Mrs Thatcher en 1979, ce qui ne se fait pas en quelques mois.

Par Elie Cohen
Le 08/11/2017

Les variations sur le Brexit hard ou soft, en cliff edge ou avec phase transitoire n’éclairent guère sur l’avenir immédiat, d’autant qu’aux considérations techniques sur les modalités de la sortie s’ajoute une incertitude politique majeure sur le soutien conservateur au Gouvernement May. Les échos qui parviennent de Bruxelles ajoutent à la confusion car les Britanniques semblent vouloir changer la règle du jeu de la négociation alors qu’ils n’ont guère d’atouts en main et que le compte à rebours est inexorable.

Il est rare qu’avec une issue aussi proche, des positions aussi contradictoires coexistent. Pour Charles Grant, les contours de l’accord final sont déjà sur la table et bénéficient de surcroît d’un soutien majoritaire à Westminster : accord sur une période de transition de 3 ans, maintien de la libre circulation pendant la période transitoire, accord sur le rôle maintenu de la Cour européenne de justice, accord sur un chèque global de 60 milliards d’euros répartis entre versements au budget et somme forfaitaire sur le reste à liquider, accord sur l’absence de frontière physique en Irlande du Nord … Certains (Kaletski) en viennent même à envisager une période transitoire qui s’éternise et qui revient de fait à une solution norvégienne où le Royaume Uni se comporte comme membre mais sans avoir son mot à dire sur la fabrication des normes. A l’inverse, pour W.Munchau, le No exit est une illusion coupable qui prépare un Brexit dur car les problèmes de fond de l’accord commercial n’auront pas été traités avant la fin de la négociation. L’exit du Brexit est à ses yeux impossible compte tenu des règles communautaires et une ré-adhésion au titre de l’Article 49 serait humiliante et coûteuse car le RU devrait renoncer aux opt outs et au chèque de rabais.

Le débat se poursuit donc dans une opacité maintenue, notamment du fait du Gouvernement britannique qui se refuse à publier les études réalisées par le Trésor sur les effets sectoriels du Brexit. Nombre d’économistes s’essaient malgré tout à des scénarios prospectifs sur la dynamique des échanges et sur l’évolution de l’activité tant au RU que dans l’UE.

L’étude de la Fabrique de l’industrie « L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ? » essaie de mesurer plus spécifiquement l’impact d’un éventuel ralentissement du flux des investissements étrangers (IDE) au RU sur son activité industrielle. Cette étude adopte une double perspective historique et comparative. Historique, en ce qu’elle établit le rôle central des IDE dans la transformation de la spécialisation britannique après l’avènement de Mrs Thatcher. Comparative, en ce qu’elle met en parallèle deux stratégies contrastées, la britannique et la française, pour en apprécier les résultats différenciés.

Déréglementation, libéralisation du marché du travail, privatisation, baisse des impôts et de la dépense publique, ouverture complète aux investisseurs étrangers, baisse des aides publiques, big bang de la place de Londres … ces décisions ont eu un effet radical sur une industrie sclérosée, sur un état capturé et inefficace et un système de relations sociales paralysé. En quelques années la production industrielle connaissait une forte contraction, les hauteurs du capitalisme britannique passeront sous contrôle étranger (Land Rover, British Steel, Jaguar…) tandis que l’industrie financière allait connaître une croissance exponentielle. Le résultat fut à la mesure des politiques menées. La désindustrialisation fut plus rapide que celle de ses concurrents : entre 1970 et 2015 la part de l’industrie dans le PIB est passée de 25% à 8,7% tandis qu’en France la baisse était moindre de 20 à 10%. La part de l’emploi manufacturier dans l’emploi total régressa de 15,5% à 8% alors qu’en France la chute fut de 14 ,8 à 9,7%. La part de la finance dans l’économie britannique augmenta fortement : en 2016 elle contribuait à 6,5% du PIB contre 4% en France et 3,7% en Allemagne. Le Royaume Uni confirma son rôle de destination préférée des IDE : 11,2% du PIB en 1980, 51,3% en 2016 contre respectivement 3,9% et 34% pour l’Allemagne et 4,5% et 32,2% pour la France.

La politique inaugurée par Mrs Thatcher et l’afflux des IDE eurent un triple effet sur la spécialisation industrielle britannique. Dans un premier temps on assista à une restructuration brutale avec des pertes d’activités des fermetures de sites et un effondrement du solde marchand du commerce extérieur. Dans un deuxième temps, à la faveur des réinvestissements, des politiques de R&D et des partenariats européens on assista à une spécialisation marquée dans l’aéronautique et la pharmacie. Enfin plus près de nous la réinvention d’une politique industrielle en appui aux investissements étrangers a fait redécoller l’automobile.

Les successeurs de Madame Thatcher ont progressivement infléchi sa politique en redécouvrant l’industrie, notamment après la crise de 2007, en développant l’attractivité des territoires britanniques pour les investisseurs extérieurs et prenant conscience du déficit de productivité et de la faiblesse des qualifications de la force de travail. Sans rien abandonner de leurs politiques de déréglementation, de libéralisation, de formation et de promotion des PME ils vont ajouter un troisième volet dans l’organisation territoriale en faisant des autorités locales les architectes de politiques intégrées d’attractivité.

Les exemples de l’écosystème industriel des West Midlands et plus généralement la renaissance de l’industrie automobile britannique illustrent le succès d’une stratégie combinant ouverture aux IDE, mobilisation des territoires et accompagnement de l’état en matière de R&D, de financement des PME et de fiscalité (régime favorable aux brevets et baisse de l’IS).

En 2016, le Royaume Uni semble avoir inversé la dynamique de la désindustrialisation, à la différence de la France. Alors que la France protégeait les champions nationaux, surtaxait le cycle productif, et resserrait l’étreinte réglementaire conduisant les industriels nationaux à chercher hors de France leur croissance, le RU faisait l’inverse avec succès.

En quelques années une industrie agonisante, l’automobile, a pu se réinventer, en favorisant l’implantation d’entreprises étrangères technologiquement avancées, en développant la R&D dans le cadre de partenariats avec les Universités, en incitant à l’implantation locale d’équipementiers, en formant le personnel. Résultat : le Royaume Uni a dépassé la France en matière de production locale, elle est montée en gamme ce que n’a pas réussi l’industrie française, elle est fortement exportatrice, elle héberge sur son sol l’usine européenne la plus productive (Sunderland de Nissan) …

Spécialisation dans la finance, activité industrielle duale avec un secteur haut de gamme limité et une industrie globalement en décrochage, quelques exemples d’écosystèmes régionaux intégrés mais sur fond de déclin accéléré des vieilles régions industrielles, un niveau global de productivité faible, une industrie automobile détenue par des investisseurs étrangers et tournée vers l’export, un commerce extérieur marchand fortement déficitaire que l’excédent de services ne parvient pas à corriger, telles sont les données au moment où les britanniques s’apprêtent à sauter dans le Brexit.

Sitôt le choix du Brexit fait, la question de l’avenir de l’industrie financière britannique s’est posée. La question du Passeport Européen a tout de suite été au cœur des scenarii de sortie. Depuis des annonces de redéploiement des moyens des grandes institutions financières mondiales entre Londres et une capitale européenne continentale se font quotidiennement. La question du partage des compétences, des métiers voire des modalités d’une division du travail factice (opérations back to back) nourrit l’actualité quotidienne.

Peu de temps après la question de la présence durable sur son sol des grandes firmes automobiles comme Renault Nissan ou Peugeot – GM s’est posée. L’insertion des usines britanniques dans les chaines de valeur européennes, les investissements stratégiques à faire dans le véhicule électrique ont posé d’emblée la question des surcoûts douaniers et réglementaires éventuels dus au Brexit. Mme May a pris l’engagement formel, quoique non public, de compenser d’éventuels surcoûts.

Quelques mois plus tard ce sont les agriculteurs britanniques qui se plaignaient de la main d’œuvre saisonnière perdue qui leur fait craindre une perte de production de fruits et légumes. Depuis la chronique des difficultés de recrutement d’ingénieurs et de cadres compétents du fait des restrictions au séjour pour les européens ne cesse de gonfler.

Le Royaume Uni se trouve donc confronté à de redoutables problèmes. Le modèle IDE + déréglementation + dévolution ne peut plus fonctionner. Sauf à adopter un scénario norvégien bien improbable, le RU sortira du marché commun et de l’union douanière, et subira de ce fait une grande partie de son attractivité.

La perte du passeport européen n’aura pas seulement des effets sur l’industrie financière mais plus généralement sur les IDE. La question lancinante de la faible productivité et de la médiocre formation de la force de travail britannique est là pour durer. Seul le recours à la main d’oeuvre étrangère a pu pallier à la difficulté. En se fermant à la migration, le RU se tire une balle dans le pied.

Pour rebondir, le Royaume Uni doit inventer un nouveau modèle économique, aussi audacieux que celui initié par Mrs Thatcher en 1979, ce qui ne se fait pas en quelques mois.

L’Industrie financière devrait monter en gamme, être championne des Fintech. La nouvelle spécialisation industrielle doit s’appuyer sur les nouvelles technologies du vivant, des matériaux, du numérique … Le RU dispose certes d’un outil de financement des start ups performant, de pôles scientifiques majeurs comme celui de Cambridge, Londres attire déjà les champions du numérique pour leurs applications avancées.

Mais dans tous ces domaines, la rivalité est très grande et le handicap du capital humain, majeur.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Benchmarks
Patriotisme économique ou ouverture franche au capitalisme mondial ?
Patriotisme économique ou ouverture franche au capitalisme mondial ?

Retrouvez la préface de l’étude « L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ? » signée par Pierre-André de Chalendar, co-président de La Fabrique de l’industrie.

Voir ce poste
Benchmarks
Conversation avec Louisa Toubal : l’investissement étranger a sauvé l’industrie britannique… jusqu’au Brexit ?
Conversation avec Louisa Toubal : l’investissement étranger a sauvé l’industrie britannique… jusqu’au Brexit ?

À l’occasion de la sortie de la note « L’investissement étranger, moteur de la réindustrialisation au Royaume-Uni ? » rencontre avec Louisa Toubal, économiste à La Fabrique de l’industrie.

Voir ce poste
Benchmarks
Pourquoi et comment attirer des centres de décision ?
Pourquoi et comment attirer des centres de décision ?

Ces dernières décennies ont été les témoins d’une forte intégration des économies au travers du commerce et de l’investissement. Cette globalisation a un effet profond sur l’activité économique. Elle offre aux entreprises la possibilité de bénéficier de la division internationale du travail en séparant géographiquement les activités de production de celles des centres de décision. Un centre de décision se définit comme le lieu où sont localisées les fonctions stratégiques (direction financière, marketing, communication, R&D, etc.)

Voir ce poste
Benchmarks
Le Royaume-Uni restera-t-il une destination privilégiée pour les investisseurs étrangers ?
Le Royaume-Uni restera-t-il une destination privilégiée pour les investisseurs étrangers ?

En dépit de la volatilité du contexte économique et politique mondial, les investissements directs étrangers restent l’un des moteurs persistants de l’économie européenne : le nombre d’implantations et d’extensions internationales y a même fortement augmenté entre 2015 et 2016 (+15%) créant 260 000 emplois.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur