Précaution et compétitivité : deux exigences compatibles ?

Cette note de La Fabrique analyse l’impact du principe de précaution sur la compétitivité industrielle. Elle synthétise les réflexions d’un groupe de travail présidé par Alain Grangé-Cabane.

Par Thibaut Bidet-Mayer
Le 22/08/2014

Le principe de précaution a été inscrit dans la Constitution française en 2005. Présenté par ses détracteurs comme un principe « anti-innovation » voire « anti-progrès », il symbolise selon eux la grande frilosité de la société française et constituerait une entrave au développement économique, dont la prise de risque est un moteur fondamental.

Cette note de La Fabrique de l’industrie, s’appuyant sur les réflexions d’un groupe de travail pluridisciplinaire, montre une réalité plus nuancée. L’analyse de la jurisprudence révèle que l’application du principe de précaution a été mesurée en France. Son inscription dans la Constitution est surtout une manifestation solennelle de l’attention portée à l’exigence de précaution exprimée par les individus, une exigence qui n’est d’ailleurs pas spécifique à la France.

Cette étude montre par ailleurs comment les inquiétudes des populations poussent des responsables politiques ou de l’Administration à mettre en place des règlements ou des normes inutilement contraignantes pour l’activité économique. Même si le principe de précaution est parfois invoqué abusivement, il s’agit surtout d’un dysfonctionnement des pouvoirs publics, mal équipés pour faire face aux situations d’incertitude.

Plutôt que d’amender sa Constitution, la France doit donc surtout améliorer le fonctionnement de ses institutions, encourager les administrations à mieux organiser l’expertise sur les connaissances disponibles, à mieux prendre en compte l’impact de leurs décisions sur les acteurs économiques et mieux associer les citoyens à la prise de décision. Ceci contribuera à restaurer la confiance dans des pouvoirs publics plus attentifs aux préoccupations des Français, plus légitimes et plus efficaces.

Cette note explore enfin quelques pistes pour que l’exigence de précaution de la société soit mieux prise en compte par les entreprises industrielles. Elle décrit des exemples concrets de démarches réussies pour mieux satisfaire les attentes des consommateurs et des citoyens et en tirer un avantage concurrentiel. Ces succès montrent que précaution et compétitivité ne sont pas incompatibles.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Jeunes et industrie
Concours « étudiants et jeunes chercheurs »
Concours « étudiants et jeunes chercheurs »

Ce livret présente les travaux des huit finalistes du concours « Etudiants et jeunes chercheurs ».

Voir ce poste
Compétitivité
L’énigme de l’investissement
L’énigme de l’investissement

Les derniers chiffres publiés par l’Insee ont conforté l’impression d’embellie économique en ce début d’année 2017. L’investissement des entreprises a de nouveau progressé en 2016, plus rapidement encore qu’en 2015, ce qui devrait augurer de belles perspectives pour l’économie française. Depuis plusieurs années pourtant, le niveau particulièrement élevé de l’investissement en France ne s’est pas traduit par le dynamisme économique qu’il aurait théoriquement dû générer. Le décalage est même tel que, depuis la fin de la crise, de nombreux experts s’interrogent sur les origines du « mal-investissement » français.

Voir ce poste
Politiques industrielles
Réduire le chômage non qualifié : oui, mais à quel prix ?
Réduire le chômage non qualifié : oui, mais à quel prix ?

L’efficacité des baisses de charges sur les bas salaires pour lutter contre le chômage est abusivement présentée comme une vérité économique incontestable. La réalité est beaucoup plus nuancée. De plus, un tel choix décourage les entreprises d’investir dans la formation des salariés et la montée en gamme de l’outil de production.

Voir ce poste
Emploi et compétences
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité
La qualité de vie au travail : un levier de compétitivité

La rapidité des changements en cours : robotisation, numérique, innovations technologiques… et la nécessité de monter en gamme conduisent les entreprises à faire évoluer leur organisation du travail. Dans ce contexte, la qualité de vie au travail (QVT) détermine plus que jamais leur capacité à créer de la valeur. Cette étude a été réalisée en partenariat avec Terra Nova et l’Anact-Aract.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur