Territoires industriels : l’union fait-elle la force ?

Les territoires industriels se donnent-ils plus de chances de se renforcer s’ils s’unissent ? L’analyse de ce qui fait localement leur force ou leur fragilité permet de répondre en partie à cette question et d’identifier les conditions pour créer à terme un mariage solide, pérenne et fécond.

Par La Fabrique
Le 08/07/2021

Après avoir démontré en 2019 l’importance des dynamiques locales dans les variations de l’emploi industriel, La Fabrique de l’industrie publie aujourd’hui une étude qualitative de l’observatoire des Territoires d’industrie[1], qui analyse les ressorts de cet « effet local ». Signé par Etienne Fouqueray et Emmanuel Nadaud, économistes et chercheurs affiliés à l’Université de Poitiers, l’ouvrage Angoulême-Cognac : appréhender la diversité des territoires industriels propose une analyse croisée de deux territoires aux caractéristiques distinctes et identifie leurs opportunités de coopération.

Un territoire plus résilient que la moyenne

Le Territoire d’industrie Angoulême-Cognac est caractérisé par une faible croissance de 0,2 % de l’emploi total sur la période 2007-2016, à comparer aux 2 % de croissance nationale sur la même période. Cette vue d’ensemble masque des variations très différentes selon les secteurs : certains contribuent très positivement à la dynamique de l’emploi quand d’autres ont subi des pertes importantes. Globalement, l’emploi industriel a baissé de 13 % sur le Territoire d’industrie Angoulême-Cognac entre 2007 et 2016. Cette baisse est cependant inférieure à celle observée à l’échelle nationale (−15 %), ce qui montre une certaine résilience du territoire.

Des effets locaux globalement positifs

Les particularités d’un territoire et de ses acteurs (entreprises, institutions, habitants) peuvent influer positivement ou négativement sur la dynamique locale des emplois industriels et donner à un secteur une trajectoire différente de celle observée à l’échelle nationale. À Angoulême-Cognac, une dynamique locale positive profite ainsi au secteur de l’agroalimentaire et notamment à l’industrie historique du cognac, dont 98% des ventes se font à l’export. Celle-ci résulte de la construction d’un écosystème autour de maisons de Cognac appartenant à des groupes internationaux et d’activités connexes comme la tonnellerie. Les compétences et savoir-faire accumulés au fil des siècles sont redéployés au profit de nouvelles activités ou de nouveaux produits, contribuant à cette évolution positive. Le secteur agroalimentaire a ainsi gagné 258 emplois sur la période 2007-2016. Ceci permet de compenser le fait que, par ailleurs, le territoire pâtit de secteurs en déclin, à l’échelle territoriale comme à l’échelle nationale, notamment celui des équipements électriques. Le secteur de l’image et du digital, quant à lui, est une vitrine prometteuse pour le territoire sans que cela ne se traduise en emplois pour l’instant.

Territoires d’industrie : un pour tous, tous pour un ?

Au-delà des chiffres, cette étude de cas permet de mesurer si l’union des territoires peut faire leur force. Le caractère récent des échanges entre les territoires de Grand Angoulême et de Grand Cognac montre qu’une union doit nécessairement se construire autour d’un projet commun et s’accompagner d’une stratégie volontariste. De nouvelles coopérations ont ainsi vu le jour grâce à la technopole Eurekatech, créée en 2018, qui accompagne les porteurs de projets autour des questions d’innovation. L’un des enjeux du programme Territoire d’industrie est de favoriser la coopération entre acteurs locaux. Faire émerger des champions mérite de réfléchir sur l’intérêt des coopérations entre Territoires d’industrie, où des complémentarités peuvent être génératrices de gains de compétitivité.

[1] L’observatoire des Territoires d’industrie est un projet partenarial mis en œuvre par La Fabrique de l’industrie et la Fondation Mines ParisTech PSL, soutenu par l’Institut pour la recherche de la Caisse des Dépôts, la Banque des Territoires, l’Agence nationale pour la cohésion des territoires et l’Assemblée des Communautés de France.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Territoire et industrie
Comment réindustrialiser les territoires ?
Comment réindustrialiser les territoires ?
L’emploi industriel n’évolue pas de manière uniforme sur notre territoire : certains bassins d’emplois affichent une performance enviable quand d’autres sont en déclin. Or il n’existe pas de formule magique pour...
Voir ce poste
icon Mondialisation
Territoires et mondialisation : je t’aime, moi non plus
Territoires et mondialisation : je t’aime, moi non plus
On débat souvent de la mondialisation comme si elle avait ses architectes d’un côté et ses victimes de l’autre. Or sur le terrain, on ne voit que des gens œuvrer,...
Voir ce poste
icon Territoire et industrie
Territoires industriels : les ressorts de la performance et du déclin
Territoires industriels : les ressorts de la performance et du déclin
La Fabrique de l’industrie publie aujourd’hui sa Note n°30 intitulée L’étonnante disparité des territoires industriels : comprendre la performance et le déclin. Cet ouvrage présente les résultats d’un projet de...
Voir ce poste
icon Mondialisation
Des licenciements économiques plus rares dans l’industrie que dans les services
Des licenciements économiques plus rares dans l’industrie que dans les services
Tous secteurs confondus, le retour à l’emploi après un licenciement économique est décevant : seul un individu sur deux retrouve un emploi en trois ans. Toutefois, les travailleurs qui font...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter