Industriels, vos données valent-elles de l’or ?

À mesure que les usines se modernisent, les industriels s’ingénient à faire « parler » machines et lignes de production pour pouvoir en exploiter les données. C’est même la principale promesse de l’Internet industriel des objets. Mais ces données sont-elles véritablement si précieuses ? Ces technologies réalisent-elles sur le terrain les ambitions qu’elles promettent ?

Dans ce Doc n°9, intitulé « Vos données valent-elles de l’or ? L’Internet industriel des objets à l’épreuve du réel », La Fabrique de l’industrie et IBM France proposent un bilan d’étape sur ces technologies et signalent les points de vigilance à garder à l’esprit. En s’appuyant sur des cas d’usages dans l’industrie, cet ouvrage a pour but de livrer des conseils éclairants aux responsables d’entreprise voulant investir dans cette voie.

Un continuum de technologies au service de la performance

Il est parfois difficile d’appréhender les contours de l’IIoT, tant les technologies qui le composent sont diverses. Une fois articulées, elles visent à collecter, transmettre, traiter et communiquer les fameuses « données » dans le but d’optimiser la performance d’une entreprise. Les promesses de cet eldorado de la data sont nombreuses : analyse et suivi en temps réel des lignes de production, meilleure traçabilité des produits, maintenance prédictive… L’IIoT fait la part belle à la flexibilité, au cœur des enjeux de compétitivité de l’industrie du futur.

De premières applications concrètes

Les promesses de l’IIoT, ambitieuses, sont dans l’ensemble confirmées par les cas d’usage recensés dans cet ouvrage, même si ces derniers restent pour l’heure concentrés sur quelques domaines d’application. Kone, par exemple, installe des boîtiers capteurs de mouvement sur le toit de cabine des ascenseurs. Les données collectées sont intégrées dans un système comprenant notamment toute la documentation relative aux équipements, ainsi que des statistiques passées. Les algorithmes travaillent ensuite pour anticiper le risque de panne, dans une logique de maintenance prédictive, parvenant ainsi à réduire les urgences et les durées de mises à l’arrêt des ascenseurs. L’IIoT offre également l’opportunité de tracer et géolocaliser les déplacements d’un produit en différentes étapes, jusqu’à sa livraison. C’est ainsi que le constructeur automobile PSA a déployé en 2019 une solution Track and Trace assurant en temps réel la traçabilité de ses conteneurs en Europe pour réduire les engorgements logistiques.

Évolution ou révolution ?

Sur le papier, le « champ des possibles » des promesses de l’IIoT est immense. Cependant, certains projets restent bloqués à un stade expérimental. Il est donc utile de souligner quelques points d’attention. Le premier, qui semble trivial, est qu’un projet IIoT doit répondre à un besoin réel, faute de quoi on ne fait que « numériser le gaspillage ». Ensuite, il s’appuie sur des transformations nécessaires en amont, telles que le lean management, l’implication des salariés dans la transformation ou l’existence préalable d’un suivi du rendement et des objectifs. Une fois déployé, l’IIoT soulève également des questions de cybersécurité lors de la circulation des données, d’impact environnemental des technologies énergivores ou encore sur les conditions de travail des salariés. Last but not least, l’exploitation des montagnes de données ainsi extraite n’en est encore qu’à l’enfance de l’art.

Partager
Imprimer
Contact

Mathilde Jolis

Responsable des relations presse

  • 01 56 81 04 26
  • mathilde.jolis@la-fabrique.com
  • 81 boulevard Saint Michel
    75005 Paris