L’apprentissage, symbole d’une France qui peut changer

Cet édito des Echos fait référence à l’ouvrage « Tempête sur les représentations du travail », publié par La Fabrique de l’industrie en octobre 2018. Dans cet ouvrage, Laurence Decréau, professeure agrégée de lettres classiques, explique que la logique de l’enseignement secondaire l’emporte sur celle de l’enseignement primaire et technique : « L’enseignement doit être détaché de toute finalité pratique. C’est ce qui fait son excellence et sa noblesse. » La voie professionnelle deviendra voie de relégation, voire de garage.

Aujourd’hui, l’entreprise reprend enfin sa place dans l’apprentissage en France. Dans un pays où le chômage des jeunes est un fléau, il était temps, même si rien n’est encore joué. Dans un monde où les qualifications changent de plus en plus vite, l’apprentissage ne doit pas fermer la porte sur d’autres formations, mais au contraire l’ouvrir (en Allemagne, les apprentis devenus patrons avaient souvent fait un MBA la trentaine venue). Le vrai défi du travail au XXIe siècle, c’est l’apprentissage de l’apprentissage.

Partager
Imprimer
Contact

Mathilde Jolis

Responsable des relations presse

  • 01 56 81 04 26
  • mathilde.jolis@la-fabrique.com
  • 81 boulevard Saint Michel
    75005 Paris