Allégements du coût du travail : pour une voie favorable à la compétitivité française

La Fabrique a publié le 22 juin une étude sur l’efficacité des allégements. Les simulations macroéconomiques mises en avant pour étudier ces mesures reposent sur des hypothèses fortes. Quelles sont-elles ? Comment interpréter les résultats ? Quel est l’horizon pertinent pour l’analyse ? Telles sont les questions auxquelles Gilles Koléda a essayé de répondre dans cette note.

De nombreux économistes préconisent une réduction du coût du travail sur les bas salaires, afin de stimuler la création d’emplois. Certes, concèdent-ils, cela revient à développer  l’emploi peu qualifié et, mécaniquement, à baisser la productivité du travail, mais ce serait la seule manière de relancer l’emploi. Parce que cette thèse est populaire depuis près de vingt ans, l’essentiel des allégements de charges existant aujourd’hui concernent les salaires proches du Smic.

Cette note montre qu’une autre voie est possible. En allégeant le coût du travail des emplois qualifiés, qui participent aux gains de productivité et aux exportations, on peut améliorer la compétitivité de l’économie, favoriser la croissance et rétablir le solde des échanges courants. Et surtout, les simulations économiques de Gilles Koléda montrent que ce pari de la compétitivité conduit, à horizon de dix ans, à créer autant d’emplois, dont beaucoup seront plus qualifiés et mieux rémunérés.

Ce livre, rigoureux mais écrit dans un langage accessible, vient bousculer les termes du débat autour des outils d’une politique de l’offre (allégements sur les bas salaires, CICE, pacte de responsabilité…). Il s’adresse aux décideurs publics, dirigeants d’entreprise, chercheurs et étudiants désireux de réfléchir aux voies les plus efficaces pour renforcer notre potentiel de croissance durable.

Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
synthèse n°2 de La Fabrique : Allégements de charges, compétitivité et emploi
En savoir plus
Pour commander cet ouvrage chez l'éditeur
En savoir plus
Pour réagir