Le revenu universel peut-il répondre aux nouvelles mutations de l’emploi ?

La Fabrique de l’industrie, la chaire FIT de Mines ParisTech et le CNAM viennent de publier un ouvrage collectif, Le Travail en mouvement, issu d’un colloque au cours duquel chercheurs de diverses disciplines et praticiens ont débattu des mutations en cours du travail. Nous vous proposons ici le compte-rendu d’un des échanges, consacré au revenu universel.

Par La Fabrique
Le 15/04/2019

Cette proposition suscite une attention renouvelée depuis que certains s’interrogent sur une possible « fin du travail ». Ce revenu « de base » offrirait-il une réponse aux risques de déclassement et d’inactivité ? Cette Synthèse met en regard deux argumentations : pour Jean-Baptiste de Foucauld, ce débat « va désormais polluer la vie politique pendant des décennies », au détriment d’une véritable réflexion sur la lutte contre le chômage et le droit au travail. Pour Yannick Vanderborght, il demeure au contraire « une utopie mobilisatrice » qui permet de réfléchir à la déconnexion entre le revenu et le travail.

 

Pour accéder aux extraits de l’ouvrage « Le travail en mouvement » : cliquez ici

 

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Le revenu universel peut-il répondre aux nouvelles mutations de l’emploi ?

  1. M. de Foucauld semble terrorisé par le fait que nous soyons tous des « surfeurs de Malibu » en puissance, en cas de mise en place du revenu de base. Il nous rappelle que notre Constitution, introduite en 1946, proclame que « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ?

    En fait j’aime bien cette phrase constitutionnelle car elle montre l’exact inverse de ce que M. de Foucauld défend. Elle distingue bien le travail de l’emploi.

    Toute femme ou homme au foyer, tout animateur bénévole dans une association, tout jardinier amateur dans un jardin partagé, tout aidant auprès de personnes âgées ou dépendante sont ils des travailleurs ou « des parasites sociaux ». Ils me semblent qu’ils sont dans ce monde bien plus nombreux que les surfeurs. Ces derniers entrent d’ailleurs peut être dans ces catégories des travailleurs de l’ombre quand ils sortent de l’eau.

    Donc si on accepte que ces personnes travaillent au sens constitutionnel, et si on reconnaît de plus que leur travail est essentiel au bon fonctionnement de notre société, rien ne s’oppose à ce que l’on « rémunère » ce travail. Mais comme ce dernier est très informel et dispersé, il est difficile de le comptabiliser. Dans ce cas le revenu de base peut être vu comme une rémunération forfaitaire de ce travail aujourd’hui « invisible ».

    Et de l’autre coté la constitution parle bien de droit à l’emploi, et non pas de devoir d’emploi. La distinction est essentielle. Devoir du travail, droit à l’emploi. Et le revenu de base, surtout s’il est d’un montant moyen modeste, permet par exemple de compléter des revenus d’activité qui pourraient être insuffisant, surtout si on met en œuvre une nouvelle étape de réduction du temps d’emploi, par exemple en généralisant la semaine de 28h, à coût du travail inchangé, pour réinsérer dans l’emploi le plus de personnes possible.

    La combinaison revenu de base et semaine de 4 jours me semble donc être la combinaison idéale pour s’approcher de notre idéal constitutionnel, devoir de travail et droit à l’emploi. Donc allons y. Un projet de société basé sur ces 2 piliers est disponible sur https://www.descitoyensalassemblee.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Emploi et compétences
Le design du travail en action. Transformation des usines et implication des travailleurs
Le design du travail en action. Transformation des usines et implication des travailleurs
Cette nouvelle étude documente des situations de « design du travail » dans des usines en transformation rapide. Elle observe comment la participation des travailleurs y est plus ou moins...
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
Le travail à distance dessine-t-il le futur du travail ?
Le travail à distance dessine-t-il le futur du travail ?
Cet ouvrage entend poser la question du travail à distance au-delà de l’épisode pandémique, de ses effets et de ce qu’il nous enseigne.
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
La productivité du télétravail repose-t-elle uniquement sur les salariés ?
La productivité du télétravail repose-t-elle uniquement sur les salariés ?
La productivité réelle du télétravail reposera à terme sur la capacité des entreprises à revoir en profondeur leurs processus organisationnels et communicationnels, afin de tirer parti du « à distance » comme...
Voir ce poste
icon Emploi et compétences
SMPF ou l’art d’être agile
SMPF ou l’art d’être agile
Compte rendu de la séance du 6 octobre 2020 du séminaire Aventures industrielles de l’École de Paris du management. Intervenant : Romain SERRA, dirigeant de SMPF.
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter