Les emplois exposés et abrités en France

On oppose traditionnellement les emplois industriels et les emplois de services. L’interpénétration croissante de l’industrie et des services rend cependant cette distinction de plus en plus inopérante. Nous pensons donc qu’il faut y renoncer au profit d’autres catégories d’analyse, qui tiennent compte explicitement des bouleversements induits par la mondialisation. Dans cette synthèse, on opposera les emplois exposés à la concurrence internationale et ceux qui en sont abrités, que l’on trouve à la fois dans l’industrie et dans les services. Cette distinction est riche d’enseignements et soulève d’importantes questions de politique économique.

Un constat s’impose : l’imbrication de l’industrie manufacturière et des services marchands est devenue si forte qu’elle rend de moins en moins pertinente la distinction traditionnelle entre secteurs secondaire et tertiaire. A l’inverse, les différences semblent toujours plus marquées entre les emplois exposés à la concurrence internationale et ceux qui en sont abrités.

Nous montrons dans cette synthèse que les emplois exposés représentent en France une part toujours plus faible de l’emploi total, que désormais la majorité de ces emplois sont dans les secteurs de services exportables et qu’ils sont mieux rémunérés et plus productifs que les emplois abrités, sans que ceci puisse être attribué à des différences de qualification.

Nous précisons ensuite la nature des interdépendances entre exposés et abrités. L’emploi exposé est un puissant levier de création d’emplois abrités, mais il existe une tension entre les objectifs de compétitivité internationale des emplois exposés et de réduction des inégalités entre eux et les emplois protégés.

 

Ajouter un commentaire

Un commentaire dans “Les emplois exposés et abrités en France

  1. J’y souscris de même ! c’est cela la liberté d’expression sans laquelle notre démocratie ne saurait s’appeler ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi

icon Compétitivité
Ukraine : un nouveau choc pour l’industrie française
Ukraine : un nouveau choc pour l’industrie française
Un bref état des lieux des relations économiques qui unissent la France et la Russie permet d’évaluer les premières conséquences de ce conflit. Du point de vue français, la dépendance...
Voir ce poste
icon Transition énergétique
La tarification du carbone et ses répercussions
La tarification du carbone et ses répercussions
Dans un nouvel ouvrage, La Fabrique de l’industrie et Deloitte évaluent pour la première fois le risque d’augmentation des coûts pour l’ensemble des secteurs de l’économie française, du fait du...
Voir ce poste
icon Transition énergétique
Tarification du carbone : des effets en cascade
Tarification du carbone : des effets en cascade
Ce travail permet de repérer les secteurs pour lesquels l’investissement public et privé apparaît comme le plus essentiel ou le plus urgent.
Voir ce poste
icon La désindustrialisation en France et en Europe
L’industrie à l’épreuve de la crise - Des entreprises affaiblies mais résilientes
L’industrie à l’épreuve de la crise - Des entreprises affaiblies mais résilientes
Les entreprises industrielles n’ont pas été touchées de la même manière ni avec la même intensité par la crise. Ce nouvel ouvrage étudie comment les entreprises se sont adaptées dans l’urgence...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter