Les transformations du modèle économique suédois

Les performances économiques et sociales actuelles de la Suède ravivent l’intérêt des observateurs étrangers pour le “modèle suédois”. Dans cette note, La Fabrique de l’industrie analyse les facteurs de succès de ce pays alors même qu’il a subi une grave crisé économique au milieu des années 1990.

Par Emilie Bourdu
Le 10/06/2013

 

Les performances économiques et sociales actuelles de la Suède ravivent l’intérêt des observateurs étrangers pour le « modèle suédois ». Déjà, au milieu du XXe siècle, la Suède était l’archétype d’une société démocratique et consensuelle, alliant efficacité économique, redistribution et protection des individus. Plus récemment, du milieu des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, elle a suscité l’intérêt du fait de sa vitalité économique, de la résistance de sa base industrielle et de l’assainissement de ses comptes publics. On en oublierait presque que le pays a connu une grave crise économique au début des années 1990 qui l’a poussé à revoir en profondeur l’organisation de son modèle social.

A l’heure où la France s’interroge sur les moyens de renouer avec la croissance et de redresser son industrie, il y a beaucoup à apprendre des ingrédients du succès suédois. Cette note examine différentes facettes de cet écosystème, telles que le dialogue social, l’innovation, les politiques de l’emploi, la fiscalité… qui ont toutes eu des effets directs ou indirects sur sa croissance économique. Elle met en avant les réformes structurelles qui ont été menées dans les années 1990 pour assainir les finances publiques tout en conservant un haut niveau de performance économique, de service public et de protection des citoyens.

Plus que les réformes elles-mêmes, qui ne sont sans doute pas toutes transposables au contexte français, l’expérience suédoise frappe par la capacité des acteurs économiques et politiques à organiser des réformes profondes sans blocage, préparées par un long processus d’expertise et de négociation démocratique qui favorise leur appropriation. Son succès nous invite à nous demander comment renouveler, en France, la manière de conduire les réformes et d’élaborer les choix collectifs.

 

Vous pouvez retrouver dans l’espace “pour en savoir plus” ci-dessous l’intervention de l’auteur, Emilie Bourdu, dans l’émission “Les Carnets de l’économie” (France Culture) ainsi que dans celle de “L’invité de l’actualité” (EuradioNantes).

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Benchmarks
Cultivons notre industrie
Cultivons notre industrie
La désindustrialisation n’est pas une fatalité. En France, mais aussi en Allemagne, Suisse, Italie, Angleterre, Corée du Sud et aux États-Unis, nous avons rencontré des industriels, des chefs d’entreprise, des...
Voir ce poste
icon Compétitivité
Évaluation des allégements de charges : le sens du timing
Évaluation des allégements de charges : le sens du timing
En janvier dernier, le Conseil d’analyse économique a vigoureusement relancé le débat sur l’efficacité des allégements de charges, indiquant d’une part que les allégements sur les bas salaires créent des...
Voir ce poste
icon Benchmarks
Voyage dans l'industrie du futur italienne
Voyage dans l'industrie du futur italienne
Comment l’Italie peut trouver un nouveau souffle grâce aux technologies 4.0 ? C’est le sujet de cette note qui propose un voyage au cœur des usines 4.0 italiennes. La Fabrique publie...
Voir ce poste
icon Benchmarks
Ce que l'Italie nous apprend sur l'industrie du futur
Ce que l'Italie nous apprend sur l'industrie du futur
La Fabrique de l’industrie propose une synthèse pour accéder aux enseignements que nous pouvons tirer de l’industrie 4.0 en Italie. Ce document complète la publication de la traduction de l’ouvrage...
Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur