L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie française face aux technologies-clés

Où naissent les innovations de rupture aujourd’hui, sur quels continents et dans quels types d’institutions ? Cet ouvrage propose une analyse originale de données de brevets portant sur 12 domaines technologiques, dont 8 concourent à la transition écologique.

Ces dernières années ont fait la part belle à l’idée de reconquête de notre souveraineté technologique et de réindustrialisation du pays. Ces deux objectifs résonnent aujourd’hui dans de nombreux discours, y compris à l’échelle européenne, mais ils semblent relever de l’incantation tant les positions de la France et de l’Europe révèlent un retard – voire un risque de décrochage – dans la maîtrise des grandes évolutions technologiques.

Face à elles, une poignée de quatre pays (États-Unis, Chine, Japon et Corée du Sud) se sont engagés avec bien plus de détermination dans la bataille. Nous l’illustrons dans cet ouvrage à partir d’un travail de bibliométrie de brevets et d’entretiens, centré sur douze innovations de rupture dont huit concourent à la transition écologique : notamment l’hydrogène décarboné, les batteries pour véhicules électriques ou encore l’acier bas carbone dans le domaine industriel.

L’ouvrage étudie également les apports respectifs des acteurs publics et privés. Chaque année, la grande majorité des brevets relatifs aux innovations de rupture sont déposés par des entreprises. La recherche publique occupe très souvent une place modeste, où qu’elle soit dans le monde. Mais elle peut jouer un rôle incontournable dans l’initiation des innovations de rupture.

Le cas français est particulièrement saisissant dans la mesure où le rang tenu par les laboratoires publics et les universités est nettement plus honorable que celui des entreprises. Il faut dire que la recherche publique française peut s’appuyer sur des établissements comme le CNRS ou le CEA, qui apparaissent souvent dans le trio de tête des déposants français. Pour autant, et c’est là que le bât blesse, la transmission de connaissances entre laboratoires publics et entreprises n’est pas suffisante.

Enfin, cette étude porte un regard sur les rôles respectifs des start-up et des grandes entreprises. En France, comme à l’international, les start-up comptent rarement parmi les principaux déposants de brevets dans les douze domaines ici étudiés. Certes, elles peuvent parfois se distinguer mais cela reste une situation minoritaire, qui ne s’observe d’ailleurs qu’aux États-Unis, en Chine et – bien plus modestement – en France, mais jamais en Corée, au Japon ni en Allemagne. Les grandes entreprises figurent donc très souvent comme les pourvoyeuses leaders d’innovations de rupture, dans tous les domaines et dans tous les pays.

Cette étude a bénéficié du soutien généreux de la fondation Breakthrough Energy.

 

Les résultats de cette étude ont été discutés à l’occasion d’une conférence « Quel leadership pour la France et l’Europe dans les innovations de rupture ? » mardi 12 décembre 2023. Retrouvez le replay sur notre chaîne YouTube.

Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
Lire sur SlideShare
En savoir plus
Pour réagir