A quoi servent les filières ?

Dans ce document, La Fabrique de l’industrie s’interroge sur la pertinence d’une politique industrielle basée sur la représentation de l’économie en filière. Cela nécessite de revenir sur le concept de filière en lui-même.

Par Louisa Toubal et Thibaut Bidet-Mayer
Le 18/11/2013

 

« Filière aéronautique », « filière électronique », « filière santé »… : le terme de filière connaît un regain d’intérêt depuis quelques années, notamment dans les débats sur la politique industrielle. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, appuyé par le Conseil national de l’industrie, a d’ailleurs sélectionné depuis janvier 2013 quatorze filières industrielles stratégiques destinées à « construire la carte de la France productive des années 2020 » et à mettre fin à la désindustrialisation de notre pays.

L’idée est assez intuitive pour être rassembleuse, notamment parmi les entreprises qui recherchent ensemble les conditions de leur compétitivité. Mais la filière est également une notion assez floue, parfois même galvaudée, car il n’en existe pas de définition universellement acceptée. L’utilisation de ce terme peut finir par dépendre des décisions que l’on souhaite promouvoir. A l’extrême, il devient un outil de communication, profitant des effets de mode.

Quel est donc l’apport d’un raisonnement en termes de filières pour porter une politique industrielle ambitieuse ? Cette approche, mobilisatrice à certains égards, ne risque-t-elle pas de cantonner l’action politique dans un cadre restrictif voire dépassé ? En particulier, exclut-elle les entreprises multi-filières ou encore celles pratiquant des fertilisations croisées dans le cadre des pôles de compétitivité ?

Le cas de l’Allemagne est particulièrement riche d’enseignements : on n’y trouve pas de politique de filières. L’action des pouvoirs publics s’oriente en effet plutôt vers une politique de soutien général à la compétitivité du tissu industriel, en s’attachant en particulier à assurer un cadre réglementaire propice au développement économique (climat des affaires, qualification des salariés, etc.).

Nous vous proposons également l’article « A quoi servent les filières industrielles ? » co-signé par Louisa Toubal et Louis Gallois, paru dans le numéro de novembre 2013 de Problèmes économiques. Pour y accéder, cliquez ici.

 

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Jeunes et industrie
Concours « étudiants et jeunes chercheurs »
Concours « étudiants et jeunes chercheurs »

Ce livret présente les travaux des huit finalistes du concours « Etudiants et jeunes chercheurs ».

Voir ce poste
Compétitivité
L’énigme de l’investissement
L’énigme de l’investissement

Les derniers chiffres publiés par l’Insee ont conforté l’impression d’embellie économique en ce début d’année 2017. L’investissement des entreprises a de nouveau progressé en 2016, plus rapidement encore qu’en 2015, ce qui devrait augurer de belles perspectives pour l’économie française. Depuis plusieurs années pourtant, le niveau particulièrement élevé de l’investissement en France ne s’est pas traduit par le dynamisme économique qu’il aurait théoriquement dû générer. Le décalage est même tel que, depuis la fin de la crise, de nombreux experts s’interrogent sur les origines du « mal-investissement » français.

Voir ce poste
Compétitivité
Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles
Rebondir et se réinventer : la résilience des ETI industrielles

Cet ouvrage, construit à partir de témoignages de dirigeants de PME et d’ETI, étudie la capacité de ces entreprises industrielles à surmonter les chocs, à se redéployer et in fine à tirer parti des épisodes difficiles pour rebondir, en d’autres termes à faire preuve de « résilience ».

Voir ce poste
Emploi et compétences
Numérique et emploi : quel bilan ?
Numérique et emploi : quel bilan ?

Des chiffres plus ou moins alarmistes circulent sur les effets du numérique sur l’emploi. La Fabrique de l’industrie propose une synthèse pour comprendre les termes de ce débat. L’incertitude des projections chiffrées est grande ; la seule certitude est qu’une « transformation numérique » est bien à l’œuvre. La priorité est de savoir l’accompagner, notamment grâce à la formation initiale et continue.

Voir ce poste

Inscrivez-vous à la newsletter

Vous pouvez à tout moment nous adresser vos contributions et participer ainsi à la réflexion sur les enjeux de l’industrie.

Devenez contributeur