Le Cloud dans l’industrie : bien plus qu’un changement d’infrastructure !

La sortie de la crise sanitaire constitue un moment charnière pour les dirigeants industriels. Convaincus de la nécessité de tirer les leçons de la crise, ils doivent simultanément faire entrer leurs entreprises dans l’ère de la smart industry et l’adapter aux contraintes posées par la transition écologique. Face à tous ces défis, le cloud est bien plus qu’un simple choix d’infrastructure, c’est un outil stratégique qui facilite l’adaptation d’une industrie au monde de demain.

La façon dont les entreprises industrielles abordent leur transformation digitale est désormais en grande partie déterminée par la crise sanitaire et ses conséquences. Mises à rude épreuve, les chaînes d’approvisionnement ont été au cœur des préoccupations et sont désormais vues comme excessivement vulnérables. Les raccourcir et les sécuriser constitue ainsi l’un des enjeux les plus pressants pour les dirigeants d’entreprises manufacturières. Pour ce faire, ils cherchent à s’appuyer sur des outils informatiques permettant de modifier rapidement leurs processus d’approvisionnements, notamment en fonction de nombreux critères favorisant leur résilience. Et avec les ERP cloud de dernière génération, ces changements sont facilités. Par exemple, une industrie peut rapidement intégrer un module de gestion des achats offrant des fonctionnalités de notation des fournisseurs selon différents paramètres.

La crise sanitaire a également imposé le télétravail à grande échelle dans une période où les entreprises ne s’y convertissaient alors que très progressivement. Les entreprises ayant opté pour le cloud et son potentiel de mobilité ont su tirer leur épingle du jeu et se sont adaptées bien plus rapidement et plus efficacement que les autres 1. Des outils de gestion facilement accessibles depuis n’importe quel point du globe et des données centralisées assurant une distribution optimale de l’information ont en effet permis à leurs équipes de poursuivre le travail à distance. Les autres entreprises industrielles, ont néanmoins tiré les leçons de la crise sanitaire et cherchent à accélérer leur digitalisation et leur intégration des outils cloud pour devenir plus résilientes.

 

Adopter les principes de la smart industry

Si l’impératif de digitaliser est intégré, les entreprises industrielles doivent encore choisir les technologies les plus à même d’améliorer leurs processus opérationnels et de servir leur stratégie globale. Les solutions digitales produisent en effet d’immenses quantités de données non structurées qu’il s’agit décentraliser et analyser de façon à créer de nouveaux services ainsi que de nouveaux processus plus intelligents et économes en énergie et en ressources. C’est tout l’enjeu de la smart industry. PLM, IoT, ERP, outils de CAO nouvelle génération, l’ensemble des solutions industrielles intègrent désormais ces exigences d’une industrie plus efficientes basée sur la juste utilisation des données. Des exigences d’autant mieux satisfaites par les outils cloud que ceux-ci facilitent l’interconnexion des solutions et l’intégration des écosystèmes informationnels. Cloud et smart industry sont ainsi devenus indissociables.

 

Faire entrer l’industrie dans la transition écologique

La transformation digitale intervient en effet dans une période marquée par une autre évolution majeure : l’intégration par les entreprises industrielles des impératifs posés par la transition écologique. Face à la prise de conscience générale des enjeux environnementaux, les attentes des consommateurs et des pouvoirs publics vis-à-vis de l’industrie évoluent et les nouvelles manières de produire sont marquées par cette volonté de sobriété écologique. C’est pourquoi les nouvelles solutions cloud sont également mises à profit pour réduire l’empreinte de la production industrielle par l’optimisation de l’usage des ressources mais aussi la conception de produits plus durables ou encore la réduction des émissions indirectes. Plusieurs exemples peuvent ici être cités : la maintenance prédictive, qui permet de mieux piloter les équipements industriels grâce à des techniciens formés et connectés à distance, et ainsi les faire durer plus longtemps ; l’installation de capteurs IoT pour une meilleure maîtrise énergétique en identifiant les points de consommation et d’émission excessifs ; les jumeaux numériques qui permettent de concevoir de façon optimisée sur la base de projections réalistes, avec l’anticipation des impacts et la limitation des déplacements ; ou encore le pilotage numérique à distance, source d’agilité mais aussi de gains énergétiques.

 

Thierry Cavaillé est Country Manager France au sein de la société 9altitudes (anciennement Ad Ultima Group), spécialisée sur les questions d’industrie 4.0.

 


(1) : Lire « L’industrie à l’épreuve de la crise. Des entreprises affaiblies mais résilientes« , de Sonia Bellit et Charlène Belma, dans la collection Les Notes de Fabrique, Presses des Mines, 2022.

Thierry Cavaillé

Thierry Cavaillé est Country Manager France au sein de la société 9altitudes (anciennement Ad Ultima Group), spécialisée sur les questions d’industrie 4.0.
Après de nombreuses...

Lire la bio de l'auteur
Devenez contributeurs !

Vous avez des choses à dire sur l’industrie d’aujourd’hui (ou de demain) ? Pour réagir à nos travaux ou nous proposer les vôtres, écrivez-nous !

Devenir contributeur
Partager
Imprimer
Pour réagir