Valorisation de la chaleur solaire pour les procédés industriels

Le secteur industriel doit innover pour limiter son impact environnemental, tout en restant compétitif. Le travail de Christophe montre qu’une solution de chaleur solaire permet à un industriel du secteur agroalimentaire de réduire sensiblement sa consommation en énergie fossile, et donc ses émissions de CO2 et sa facture énergétique.

Par Christophe Maillot
Le 03/07/2019

Le chauffage représente plus de 50 % de la consommation d’énergie finale dans le monde selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Pourtant, les énergies renouvelables – en majorité la biomasse – ne produisent qu’environ 10 % de la chaleur consommée dans le secteur industriel. Il existe pourtant des technologies performantes pour produire de la chaleur à des niveaux de température compatibles avec les besoins de l’industrie ; mais le solaire thermique est encore peu utilisé.

L’industrie réunionnaise est très concentrée dans le secteur agroalimentaire, le plus important consommateur de chaleur d’après les études de l’AIE. Christophe a donc analysé la possibilité d’utiliser l’énergie solaire dans une usine de produits laitiers de Sorélait-Danone, située dans la ville réunionnaise du Port. Il a modélisé les éléments constitutifs de l’usine, aujourd’hui alimentée par une chaudière au fioul produisant de la vapeur à 165°C. Après validation du modèle par une campagne de mesures, il a cherché à intégrer au système existant une boucle de production de chaleur solaire, en identifiant différents scénarios. Les simulations montrent que, dans le meilleur cas, l’installation d’un champ de capteurs solaires thermiques de 600 m² pourrait réduire la consommation de fioul de près de 25 %.

Intérêt pour l’industrie 

Le secteur industriel doit innover pour limiter son impact environnemental, tout en restant compétitif. Le travail de Christophe montre qu’une solution de chaleur solaire permet à un industriel du secteur agro-alimentaire de réduire sensiblement sa consommation en énergie fossile, et donc ses émissions de CO2 et sa facture énergétique. Des subventions publiques sont toutefois nécessaires pour diminuer le temps de retour de l’investissement à réaliser.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

icon Industrie du futur
Les ciments Hoffmann, pionnier d’une industrie bas carbone française
Les ciments Hoffmann, pionnier d’une industrie bas carbone française
La lutte contre le carbone dans l’industrie est engagée, elle doit s’accélérer. Portée par des entreprises et un cadre législatif clair et contraignant, l’ambition de neutralité carbone à l’horizon 2050...
Voir ce poste
icon L’innovation dans l’industrie
L'économie circulaire : pour l’industrie, c’est maintenant ou jamais !
L'économie circulaire : pour l’industrie, c’est maintenant ou jamais !
La mise en œuvre d’une politique de réduction des émissions de CO2 est un facteur de performance pour les entreprises. Elle génère des opportunités à tous les niveaux de la...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
Le SAV, l’autre enjeu majeur de l’industrie du futur.
Le SAV, l’autre enjeu majeur de l’industrie du futur.
La Semaine de l’Industrie s’est achevée au début du mois et a été l’occasion, pour tous, de refaire un point sur les différentes technologies qui bouleversent les processus métiers industriels : Intelligence Artificielle, Big...
Voir ce poste
icon Industrie du futur
L’industrie automobile au cœur de la troisième révolution industrielle
L’industrie automobile au cœur de la troisième révolution industrielle
Akio Toyoda arrière petit fils du fondateur de Toyota Motors, déclare fin novembre 2017 : « L’industrie automobile est entrée dans une ère de profonde transformation, du type de celles...
Voir ce poste

Pour suivre nos actualités, abonnez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter