Formation professionnelle et industrie : le regard des acteurs de terrain

La Fabrique de l’industrie, think tank indépendant présidé par Louis Gallois et Denis Ranque, a le plaisir de vous annoncer la publication de la note Formation professionnelle et industrie : le regard des acteurs de terrain.

Formation professionnelle : au-delà des discours pessimistes, une grande richesse d’initiatives

La Fabrique de l’industrie propose une véritable plongée au cœur du système de formation. Plus de 70 acteurs de terrain, qui font et vivent la formation professionnelle au quotidien, ont été interrogés. En associant l’ensemble des parties prenantes et en organisant la confrontation des points de vue, La Fabrique souhaite mettre l’accent sur la richesse des initiatives trop souvent méconnues et dépasser ainsi les discours négatifs et redondants sur l’inefficacité du système.

Cinq propositions pour aller plus loin

1. Adapter la formation pour répondre aux défis de l’industrie du futur

L’Allemagne l’a bien compris et transforme d’ores et déjà son système de formation dans le cadre de son grand projet stratégique « Industrie 4.0 ». Les salariés doivent être capables de porter les innovations, de faire preuve d’esprit d’initiative, de faire face à l’imprévu. Cela suppose de revoir les méthodes de formation en assurant un accompagnement individualisé et en misant sur le digital.

2. Rétablir un lien fort entre l’école et l’entreprise

La note met l’accent sur les initiatives individuelles qui ont fait leurs preuves, comme les stages de professeurs en entreprise, l’immersion de classes de collège au sein d’établissements industriels, etc.

3. Développer l’apprentissage par des actions concrètes et spécifiques

Au-delà des récentes mesures du gouvernement pour lever les freins financiers et réglementaires à l’embauche d’apprentis, des efforts restent à réaliser pour répondre aux défis des métiers en tension en impliquant davantage les industriels. Par ailleurs, l’Education nationale a un rôle majeur à jouer pour valoriser ces formations auprès des jeunes dès la fin du collège. L’enseignement professionnel en lycée et l’apprentissage répondent à des objectifs différents en termes d’acquisition de savoir-faire et de compétences.

4. Offrir de réelles perspectives d’évolution professionnelle, quel que soit le diplôme initial

La validation des acquis de l’expérience (VAE) est un dispositif séduisant mais il reste complexe et donc très peu utilisé. Il convient de faciliter la mobilité interne, créer des passerelles entre les métiers, offrir dans l’industrie de nouvelles opportunités aux personnes éloignées de l’emploi. La note plaide pour le développement d’un appareil de formation tout au long de la vie suivant l’exemple norvégien.

5. Soutenir les régions dans leur rôle de chef de file en matière de formation professionnelle

Pour répondre aux exigences imposées par leurs nouvelles prérogatives, les régions doivent adapter leur organisation interne et développer les compétences de leurs équipes. Il s’agit notamment d’apprendre à travailler en mode projet, de coordonner une pluralité d’acteurs aux attentes parfois différentes, de rapprocher les services de développement économique et de la formation afin de définir une stratégie commune.

Partager
Imprimer
Pour aller plus loin
Note : Formation professionnelle et industrie, le regard des acteurs de terrain
En savoir plus
Contact

Mathilde Jolis

Responsable des relations presse

  • 01 56 81 04 26
  • mathilde.jolis@la-fabrique.com
  • 81 boulevard Saint Michel
    75005 Paris